Parution : 17/01/2019
ISBN : 9782360548972
336 pages (14,8 x 21 cm)

23.00 €

Commander

Rock sudiste

When The South Rose Again

ZZ Top, Lynyrd Skynyrd, The Allman Brothers Band, Arnaud Choutet présente la scène rock sudiste au fil de plus de soixante-dix portraits.
Dans les années soixante-dix, le sud des États-Unis voit émerger une vague de groupes de rock talentueux, fédérés sous la bannière du southern rock. La renommée de certains, The Allman Brothers Band, Lynyrd Skynyrd, ZZ Top, Molly Hatchet, Blackfoot, dépasse bientôt les frontières. Si chacun cultive sa propre identité, ces formations se retrouvent sur un certain nombre de caractéristiques communes : un ancrage dans les musiques du Deep South (blues, soul, country) et un esprit rebelle qui les voit adopter un son chaud, râblé, ardent. Avec l’alignement de plusieurs guitaristes solistes – significatif du genre –, ils multiplient les possibilités harmoniques et favorisent les longs solos à la manière des improvisations qu’on retrouve dans le jazz. Une fois posé le vernaculaire de cet élan spontané, Arnaud Choutet présente les différents protagonistes de ce courant musical de 1969 à nos jours.

Revue de presse

- Rock sudiste Cédric Bru Les Obsédés Textuels 10 mars 2019
- Rock sudiste Michel Blues & Rock 12 février 2019
- Arts et essais ! #41 Christine Le Garrec À vos marques… Tapage! 20 février 2019
- Enfin un livre sur le Rock Sudiste Olivier Aubry Road To Jacksonville février 2019
- Du Texas à la Floride, le sud des Blancs Amaury Chardeau France Culture // Juke-Box 9 février 2019

- Rock sudiste

Allman Brothers, Lynyrd Skynyrd, ZZ Top, Black Crowes. Ces noms mythiques parlent forcément à tout amateur de rock. Groupes glorieux qui ont en commun leur même appartenance à un genre apparu aux États-Unis au début des années soixante dix et intitulé rock sudiste.
C’est à ce courant musical assez composite qu’Arnaud Choutet, spécialiste des musiques roots et populaires, rend hommage dans son ouvrage sérieux et exhaustif intitulé Rock Sudiste. Il nous ramène, tout d’abord, aux origines d’une musique étroitement liée à l’histoire du sud et à la guerre de Sécession en particulier qui va constituer un des marqueurs forts du genre. En effet, l’image du rebelle en butte contre les yankees tout comme celle de vaillants états regroupés sous le drapeau confédéré ont façonné l’imaginaire des enfants du sud bercés autant par le blues du delta que par le rock’n’roll des pères fondateurs eux-même, pour la plupart, issus du sud.

[…]

Ainsi, après les groupes fondateurs auxquels il faut rajouter, entre autres, Black Oak Arkansas, Charlie Daniels Band ou Blackfoot, l’auteur s’attarde sur des collectifs à la vocation plus hard voir FM comme Point Blank, .38 Spécial ou Molly Hatchet, plus boogie comme ZZ Top ou davantage groovy comme les Black Crowes qui symbolisent la 2e génération du mouvement. Enfin, il recense habilement la relève actuelle du rock sudiste incarnée brillamment par Gov’t Mule ou Hogjaw par exemple.
L’ouvrage n’oublie personne en passant en revue chaque état de la Confédération et leur apport au rock sudiste. Enfin, c’est aux groupes français amoureux et représentatifs du genre qu’il rend hommage. A vrai dire, et même si nous persistons à croire que nombre de traductions de livre références (cités par l’auteur) seraient les bienvenues, ce type d’ouvrage a toute sa place dans la bibliothèque d’un amateur de rock et rend un fieffé service à ceux qui le découvre.

Lire la chronique intégrale

Cédric Bru
Les Obsédés Textuels 10 mars 2019

- Rock sudiste

Et voici le premier livre en français consacré au Southern-Rock ! Sortez la glace les verres et le Jack Daniels cela se fête. C’est Arnaud CHOUTET, qui a déjà écrit plusieurs ouvrages allant de Malicorne au country-rock, qui en est l’auteur. Avec une longue introduction particulièrement réussie, qui situe cette musique dans son contexte, puis, trois grandes parties : les hérauts, les seconds rôles et le rock sudiste hors Dixie.

L’ouvrage se lit avec plaisir (se dévore même pour les tarés dans mon genre), et c’est une vraie réussite. Alors on pourra toujours trouver quelques détails ou bien que certains groupes sont mieux traités et d’autres oubliés…. De toute façon tout amateur aura un de ses chouchous oublié, mais franchement c’est faire un mauvais procès car tant au niveau des groupes majeurs que des seconds couteaux c’est parfaitement cohérent. La dernière partie évoque les groupes français qui se sont approchés de ce genre de musique et/ou qui en ont joué. Là encore, c’est une bonne idée.

Et finalement le plus important est de permettre de faire découvrir plus largement la fabuleuse richesse de cette musique, jonchée d’un nombre absolument considérable de disparus.

Bref si vous aimez le southern-rock jetez-vous sur le bouquin, en plus cela permet de fouiller dans la discothèque et de retrouver quelques perles. Si vous êtes moins connaisseur, le panorama exposé donne de sacrées bonnes pistes et en cherchant un peu du côté de Wet Willie, Hydra, entre autres vous allez découvrir des merveilles qui donneront envie d’écouter encore et toujours l’ABB, le MTB et Lynyrd Skynyrd, sans oublier,….bon achetez le livre !

Lire la chronique en ligne

Michel
Blues & Rock 12 février 2019

- Arts et essais ! #41

Je vous propose aujourd’hui dans cet « Arts et essais » spécial musique, deux ouvrages particulièrement exhaustifs sur le rock sudiste et le blues, des biographies édifiantes sur Nico, Janis Joplin et les Beatles et des BD documentaires sur Nick Cave, Johnny Cash, Bob Marley et Jacques Brel… Que ce soit dans le rock, le blues, la pop, le folk, la country, le reggae ou la chanson française, ces noms et ces styles musicaux ont marqué de leur empreinte l’histoire de la musique ! Bonnes lectures à toutes et à tous… Et bonne écoute, car nul doute que vous n’aurez plus qu’une seule envie… Les réécouter !!!

Arnaud Choutet n’a pas fait les choses à moitié… « Rock sudiste » est une véritable encyclopédie qui aborde toutes les facettes de ce genre musical, de sa naissance dans le Sud des États-Unis jusqu’à son expansion un peu partout dans le monde… Le dernier chapitre est même consacré aux perspectives et aux nouveaux styles de cette musique aux multiples ramifications ! Voyons tout d’abord ses origines : après la guerre de Sécession et l’abolition de l’esclavage, le Sud des USA a été le théâtre de la ségrégation raciale qui perdurera jusqu’à la fin des années 50. Cet apartheid social a également touché le monde de la musique, la country étant l’apanage des blancs, le blues et le rythm and blues celui des noirs… Jusqu’à ce que de jeunes blancs issus des classes populaires, séduits par la musique des noirs (à l’image des groupes anglais de l’époque qui reprennent les titres des pionniers noirs américains dans des versions plus pop), se retrouvent dans le rock’n’roll … Le blues devient alors populaire auprès des publics blancs, il s’électrise (Johnny Winter, Canned Heat…) avant que la Soul et le Funk fassent leur entrée en scène avec, entre autres, Aretha Franklin, Otis Redding ou James Brown… Sous la bannière « Southern rock », le rock sudiste, métissage des musiques blanches et noires connaîtra un fort développement dans les années 70, notamment avec les groupes californiens (Manassas, Creedence Clearwater revival, Grateful Dead…). Dans les années 80, il se fragmentera vers le hard rock, le pop rock FM et la country… Arnaud Choutet, après cet exhaustif panorama de l’histoire du rock sudiste, consacre son deuxième chapitre à ceux qui lui ont donné ses lettres de noblesse, dont les plus connus sont les Allman Brothers, Johnny Van Zant Band, Lynyrd Skynyrd ou ZZ Top (une vingtaine de groupes au total, dont la plupart m’étaient jusqu’alors totalement inconnus…). Pour chacun d’entre eux, un texte très complet présente leur histoire, leur parcours et leur discographie. Le troisième chapitre est quant à lui consacré aux groupes plus confidentiels de l’âge d’or du rock sudiste, état par état (du Sud des USA), et le suivant sur son exportation en Europe, notamment en France (Bill Deraime, Benoît Blue Boy, Jean-Jacques Milteau, Patrick Verbeke, Paul Personne…). Cet ouvrage qui dessine la richesse de ce genre musical qui dépasse de loin les frontières du Sud américain est aussi complet que passionnant !

Lisez la chronique en ligne

Christine Le Garrec
À vos marques… Tapage! 20 février 2019

- Enfin un livre sur le Rock Sudiste

Enfin un livre sur notre courant musical préféré écrit en français !

Ce genre d’évènement ne se produit pas tous les jours. Ce serait même pratiquement une première et ce bouquin devrait intéresser pas mal de gens car tout le monde ne lit pas l’anglais (les ouvrages de référence en la matière étant tous rédigés dans cette langue). De plus, Arnaud Choutet n’en est pas à son coup d’essai car on lui doit entre autres
« Country rock » (chez le même éditeur) ainsi que des chroniques pour Road To Jacksonville et Bands Of Dixie.

Une telle parution ne peut laisser indifférents les rockers sudistes de l’Hexagone. Mais quel est donc son contenu ?

L’auteur commence son introduction par un bref récapitulatif historique depuis la Guerre de Sécession pour présenter le Sud des États-Unis. Il énumère ensuite les différentes musiques qui y sont nées. Enfin, il étudie le rock sudiste d’après son contexte géographique et culturel pour en donner sa propre définition (avec même quelques précisions sur la firme Capricorn Records et les Volunteer Jams de Charlie Daniels.

La majeure partie de l’ouvrage dresse le portrait des principales formations du « Southern rock » avec leur biographie et leur discographie commentée. Les légendes que sont l’Allman Brothers Band et Lynyrd Skynyrd se taillent la part du lion avec une trentaine de pages chacune. L’inclusion de ZZ Top peut surprendre au premier abord mais s’explique par l’appartenance géographique au Dixieland (d’ailleurs, le trio texan n’a pas dédaigné surfer sur la vague naissante du rock sudiste dans les seventies et Charlie Daniels les a cités dans sa chanson « The south’s gonna do it again »). En connaisseur, Arnaud Choutet n’oublie pas de mentionner les différentes déclinaisons de certains groupes (comme le Henry Paul Band ou le Rossington Collins Band). Il parle également des combos plus récents (Blackberry Smoke, par exemple). Quelques photographies des musiciens et les pochettes des albums illustrent le tout.

Des groupes plus confidentiels sont classés par leur état d’origine (Alabama, Missouri, etc…).

L’auteur consacre la fin de l’ouvrage aux formations de rock sudiste non américaines (avec une belle part réservée aux Français) avant de conclure sur l’avenir de ce courant musical.

Tout de suite, une constatation s’impose : Arnaud Choutet a fourni un effort incroyable de documentation et de collecte d’informations. Il a également signalé certains faits sujets à caution ou à polémique. En plus, il ne s’est pas contenté de recracher ces connaissances en vrac mais il a proposé un travail soigné et argumenté dans un ensemble bien construit de plus de trois cents pages.

Maintenant, il ne faut pas rêver ! Les objections et les mécontentements risquent de fuser. Certains reprocheront le manque de photos mais les frais d’impression et les droits d’exploitation photographique sont chers. D’autres clameront qu’il manque telle ou telle anecdote et que la biographie des musiciens n’est pas assez détaillée mais il ne s’agit pas d’une encyclopédie. Chacun ayant son groupe favori, il y aura toujours quelqu’un de déçu de ne pas voir plus de pages consacrées à son combo de prédilection. Concernant certaines chroniques de disques, on ne sera pas forcément d’accord avec l’auteur mais chacun est libre de son avis. Et puis, beaucoup vont affirmer que « c’est bien beau tout ça mais on connaissait déjà ! »

Peut-être mais encore une fois, tout le monde n’est pas anglophone.

Alors, autant profiter de ce livre méritant qui n’est pas un ouvrage de vulgarisation sur le rock sudiste mais un véritable hommage à cette musique, hommage réalisé avec le plus grand sérieux et la passion la plus profonde.

Southern rock forever !

Lire l’article en ligne

Olivier Aubry
Road To Jacksonville février 2019

- Du Texas à la Floride, le sud des Blancs

Juke-Box revient sur l’émergence, à la fin des années 1960, du rock sudiste, expression électrique d’une jeunesse fière de ses origines, rebelle à l’autorité et libérée du racisme de la génération précédente.

Écoutez l’émission sur le site de France Culture

Amaury Chardeau
France Culture // Juke-Box 9 février 2019
Réalisation : William Dodé - www.flibuste.net - Mentions légales