Parution : 06/05/2021
ISBN : 9782360543397
250 pages (14,8 x 21cm)

20.00 €

Commander

Riot Grrrl

Revolution Girl Style Now

Dans “Riot Girrrl”, la journaliste Mathilde Carton a enquêté sur la révolution musicale, politique et culturelle qui au début des années 90 a vu surgir des filles rebelles sur la scène très virile de la musique underground américaine.

Gérard Lefort — Les Inrocks

En 1990, Kathleen Hanna a 22 ans et l’envie d’en découdre. On lui dit que le punk est une affaire d’hommes ? Que les artistes au féminin ne valent rien ? Qu’à cela ne tienne, Hanna et ses consoeurs fomentent une révolution culturelle et politique. De Seattle à Washington, d’expos en concerts, de festivals en fanzines, les riot grrrls fédèrent les laissées-pour-compte et inventent une nouvelle voie, créant un espace où les filles sont enfin entendues et légitimes. Trente ans plus tard, alors que les groupes phare Bikini Kill et Bratmobile remontent sur scène, Mathilde Carton montre que ces figures furieuses et touchantes ont mené, dans le giron de l’underground, un combat dont l’écho a ouvert la voie aux Spice Girls, à Alanis Morissette, Fiona Apple et même Beyoncé ou Miley Cyrus.

Revue de presse

- Interview de Mathilde Carton Catherine Robin ELLE 7 mai 2021
- Interview de Mathilde Carton Sacha Rosenberg Rock & Folk Radio // Faut qu'on parle 6 mai 2021
- Riot Grrrl : retour sur une révolution musicale féministe Gérard Lefort Les Inrockuptibles 30 avril 2021
- Le mouvement Riot Grrrl Ellen Ichters RTS // Spectrum 26 avril 2021

- Interview de Mathilde Carton

Elles étaient punk, elles étaient fun, elles étaient féroces. Et elles ont fait la révolution féministe dans la musique underground. Interview de Mathilde Carton, auteure d’un livre sur les Riot Grrrl.

ELLE. Les Riot Grrrl, c’était qui, c’était quoi ?

MATHILDE CARTON. C’est un mouvement musical, avec des groupes comme Bikini Kill, Bratmobile, Sleater-Kinney, mais aussi un mouvement social. Il y a trente ans, sur un campus américain, des filles ont décidé qu’elles allaient créer leur propre scène artistique parce qu’elles en avaient marre d’entendre : « Toi, t’es une fille, donc tu ne sais pas jouer de guitare »… À partir de là, ces étudiantes s’emparent de leurs stylos, de leurs instruments pour dire leurs rêves et leurs désillusions. Et elles montent sur scène pour raconter ce qu’elles ont dans les tripes.

ELLE. Même si elles ne connaissent rien à la musique…

M.C. À la fin des années 1970, avec l’émergence du punk, apparaît l’idée que n’importe qui peut faire de la musique. Elles viennent de là. Ce n’est pas grave si tu n’es pas bonne. Plus tu feras, meilleure tu seras. La légitimation par l’expérience.
[...]

Découvrez l’interview en intégralité sur ELLE

Catherine Robin
ELLE 7 mai 2021

- Interview de Mathilde Carton

Rock&Folk Radio a rencontré Mathilde Carton pour la sortie de son livre “Riot Grrrl, Revolution Girl Style Now” sortie aux éditions Le Mot Et Le Reste.

Réécouter l’émission sur Rock & Folk radio

Sacha Rosenberg
Rock & Folk Radio // Faut qu'on parle 6 mai 2021

- Riot Grrrl : retour sur une révolution musicale féministe

Dans “Riot Girrrl”, la journaliste Mathilde Carton a enquêté sur la révolution musicale, politique et culturelle qui au début des années 90 a vu surgir des filles rebelles sur la scène très virile de la musique underground américaine. Féministes et militantes, elles allumèrent un feu qui continue à propager son incendie.

Le 27 juin 1991 à Washington D.C., la jeune (22 ans) chanteuse Kathleen Hanna juste avant que ne débute le concert de son groupe Bikini Kill, apostrophe le public : “Les filles à l’avant ! Je ne déconne pas ! Toutes les filles devant ” Et comme sa recommandation n’a aucun effet sur les premiers rangs exclusivement masculins, elle réitère, mi rageuse, mi diplomate : “Soyez cool les mecs pour une fois dans vos vies ! Allez derrière…derrière, là-bas !” Comme l’écrit Mathilde Carton, journaliste et autrice de Riot Grrrl, Revolution Girl Style Now, “ça n’a l’air de rien, mais cette façon de redéfinir la géographie des concerts punk est révolutionnaire.” Une révolution par les filles pour les filles, qui par la grâce du groupe Bikini Kill et de quelques autres (Bratmobile, Sleater-Kinney) eut du mal à trouver sa place entre punk agonisant et grunge vagissant.

Au terme d’une dizaine d’années de recherches, rencontres, entretiens, plongée dans des archives, dont celles de la Fales Library de l’université de New York, et dans la foulée de l’essai de Manon Labry (Riot Grrrls, Chronique d’une révolution punk féministe, La Découverte, 2016), le constat documenté de Mathilde Carton est sans appel : au début des années 90, les filles n’existent pas sur la scène rock underground américaine, n’ont pas le droit d’exister, pas mieux considérées qu’un Kleenex usagé, traitées de salope, de pute, de gouines, à longueur de chansons couillues.
[...]

L’interview de Mathilde Carton est à lire en intégralité dans Les Inrock

Gérard Lefort
Les Inrockuptibles 30 avril 2021

- Le mouvement Riot Grrrl

Spectrum consacre une série de 4 épisodes au mouvement Riot Grrrl et a interrogé Mathilde Carton.

Réécouter l’émission sur RTS :
Épisode 1
Épisode 2
Épisode 3
Épisode 4

Ellen Ichters
RTS // Spectrum 26 avril 2021
Réalisation : William Dodé - www.flibuste.net - Mentions légales