Parution : 24/05/2018
ISBN : 9782360545179
304 pages (14,8 X 21 cm)

Move On Up

La soul en 100 disques

Au-delà de l’habituelle opposition Stax/Motown, Nicolas Rogès propose une définition de la soul à travers un prisme bien plus large qui fait honneur à la richesse du genre.
Mêlant amour, douleur, militantisme et espoir – parfois au sein d’une même chanson – la soul échappe à tout cloisonnement. Après avoir replacé le genre dans le contexte socio-politique et musical dans lequel il s’est développé, Nicolas Rogès prend le parti de dresser en cent disques le parcours d’une musique sans frontières, reflet de l’Amérique des années cinquante jusqu’à nos jours, et de mettre en évidence les rapports qu’elle entretient avec la ségrégation, les migrations géographiques, la religion et l’argent. De Memphis à Detroit, et de Muscle Shoals à Chicago, elle a pris des formes différentes, mais sa base est restée identique : une recherche permanente de l’émotion. Aux côtés des voix d’Otis Redding, Aretha Franklin, James Brown ou Curtis Mayfield, des artistes plus méconnus comme Geater Davis, O.V. Wright, Sam Dees ou Bettye Swann écrivent l’histoire d’une musique libre, chantée par des hommes et des femmes plus grands que nature.

Revue de presse

- La bibliothèque bleue - MOVE ON UP LA SOUL EN 100 DISQUES Frédéric Adrian Soul Bag numéro 231 Été 2018
- EASY RIDER N°1381 Olivier Valério PFM 99.9 // Easy Rider 10 juin
- Interview avec Nicolas Rogès France Bleu Isère 24 mai 2018
- Move on up A propos du livre de Nicolas Rogès sur la soul Pierrick Dujardin Silence is sexy 2 juin 2018

- La bibliothèque bleue - MOVE ON UP LA SOUL EN 100 DISQUES

Ludique et pédagogique, l’exercice de la “discothèque idéale”, auquel se prête régulièrement Soul Bag, est très populaire en ce moment. Après Olivier Cachin, Christian Eudeline et quelques autres, c’est au tour de Nicolas Rogès de présenter sa sélection.
Après une synthèse stimulante de l’histoire du genre – dont il exclut, sans trop le justifier, le disco et le funk –, chacun des albums choisis fait l’objet d’une présentation en deux pages, reprenant la pochett de l’album mais sans détails discographiques (pas même l’identité du producteur, pourtant un des éléments cruciaux de l’histoire de la soul), dans laquelle l’auteur situe chaque disque tant au regard de la carrière de l’artiste que du contexte socio-politique. Le choix de centrer le projet sur les albums a évidemment un impact sur la représentativité de la sélection, en limitant la place des scènes ayant privilégié le format 45-tours, comme celle de La Nouvelle-Orléans, mais le résultat, tout en reflétant évidemment les goûts personnels de l’auteur – visiblement peu sensible, par exemple, au son soul des années 1980, à peine esquissé – est convaincant, mêlant les classiques évidents et obscurités relatives bien choisies (Sam Dees, Larry Saunders, Doris Duke…). La limite quantitative impose bien sûr quelques impasses – Ben E. King ou Percy Sledge sont renvoyés aux disques “également conseillés” en bas de page – mais a le mérite d’ouvrir le débat, et l’ensemble s’avère cohérent. L’inclusion d’inédits posthumes et de compilations tardives à leur date de publication a pour effet de rompre de façon un peu artificielle la chronologie, mais le tout se lit avec plaisir, aussi bien dans la continuité qu’en picorant au fil de l’inspiration, et donne envie de se replonger dans les enregistrements évoqués.

Frédéric Adrian
Soul Bag numéro 231 Été 2018

- EASY RIDER N°1381
Pour écouter l’émission radio Easy Rider autour du livre de la semaine MOVE ON UP – La soul en 100 disques cliquez ici
Olivier Valério
PFM 99.9 // Easy Rider 10 juin

- Interview avec Nicolas Rogès

Nicolas Rogès invité de France Bleu Isère pour la chronique Mieux vaut Star que jamais !

Pour (ré)écouter l’interview CLIQUEZ ICI

France Bleu Isère 24 mai 2018

- Move on up A propos du livre de Nicolas Rogès sur la soul

Bien qu’elle soit populaire et incontournable encore aujourd’hui, rares sont ceux qui sont capables de fournir une définition précise de la soul. Paradoxe surprenant. Partant de cet écueil, Nicolas Rogès, rédacteur entre autres pour Soul Bag, mène dans son premier livre une étude passionnante sur cette musique passée dans les moeurs, de ses évolutions et de sa place au sein de l’Amérique qui l’a vu naître. Publié aux éditions Le Mot et le Reste, cet ouvrage témoigne à la fois d’un excellent travail de recherche et d’une passion que l’auteur souhaite, et parvient, à partager.

La première partie constitue une introduction sur ce style en apparence indéfinissable car fondamentalement crossover. Bien que la soul telle qu’on l’entend soit indissociable de son héritage blues, gospel et même doo-wop, l’auteur voit cette musique comme fortement empreinte de rhythm & blues. Il la considère même comme une étiquette permettant à la musique noire des années 1960 de se détacher du rock et de s’affirmer au sein du paysage culturel de l’époque.

La soul est de fait une sous-branche du rythm & blues tournée davantage vers le gospel, et dont le caractère populaire, la richesse d’instrumentation et l’importance du chant en constituent l’attrait. Toutefois, Rogès y décèle également une véritable manière de vivre, un moyen de revendication et d’ascension sociale pour un peuple noir confronté à la ségrégation raciale. L’auteur revient sur les étapes charnières du genre, telles que sa promotion et sa définition sonore, grâce aux labels Atlantic, Motown, Stax ou encore Philadelphia International ; le rôle de certains acteurs et artistes clés dans sa popularisation ; l’importance majeure de cette musique dans les tensions raciales de l’époque ou encore son influence dans l’évolution de musiques actuelles comme le hip-hop.

Les habitués de l’éditeur marseillais retrouveront dans la seconde partie une sélection laissant place à une centaine d’albums jugés incontournables, tant pour leur popularité que pour leur impact dans l’histoire de la soul. James Brown côtoie des artistes plus méconnus à l’instar de John Robinson, le tout agrémenté d’anecdotes et d’éléments chronologiques permettant de contenter néophytes et initiés. L’auteur y déploie sa belle plume de chroniqueur pour rendre compte de la puissance d’opus parfois oubliés, toujours estimés.

Move on Up retrace donc l’évolution d’une musique en lien direct avec son contexte. La soul et ses acteurs ont connu une histoire exceptionnelle : entre attitude provocante et influence gospel, volonté d’être accepté par le public blanc et fierté d’être noir, appât du gain et quête d’une musique sublime, les contradictions sont nombreuses. Toutefois, ce qui pourrait n’être qu’une étude universitaire sans saveur laisse toujours place aux artistes et à leurs œuvres. Après tout, et comme l’affirme Rogès, la Soul reste et restera l’une des expressions les plus profondes du cœur. Bien qu’il soit difficile d’en retranscrire la richesse sur papier, cet ouvrage constitue une entrée en matière approfondie et pour le moins intéressante de ce courant musical majeur du XXème siècle.

Pour accéder à l’article sur le site Silence is sexy cliquez ICI

Pierrick Dujardin
Silence is sexy 2 juin 2018
Réalisation : William Dodé - www.flibuste.net - Mentions légales