Parution : 19/05/2022
ISBN : 9782361399429
110 pages (11 x 17,6 cm)

Le rap les coups

Une déclaration d’amour scandée au rap !
Avec le rap les coups, Thomas Morfin a composé un éloge véhément du rap américain. Bousculant la chronologie et les hiérarchies, conviant aussi bien les pionniers que les contemporains, les obscurs autant que les stars, il s’efforce de décrire les formes mutantes de cette musique et de rendre justice à sa capacité d’invention. Dans le même mouvement, le rap les coups est le récit d’une passion, et d’une passion qui dure : les Mémoires – ou la mémoire – de quelqu’un qui a pratiquement l’âge du rap et a grandi avec lui. Il assume la subjectivité et le parti pris de l’hommage, mais c’est pour aboutir au cœur d’une passion collective et générationnelle. Le moi initial débouche sur un très vaste nous uni par un même rythme, emporté par les mêmes coups.

Revue de presse

- le rap les coups Guillaume Malvoisin PointBreak.fr 20 mai 2022

- le rap les coups

Inventons, voici un essai de litérratrap. Un essai au sens noble : penser, déballer les idées de son cervelet, poser sur la table ce qui vient et recomposer ensuite. Sans cesse, sans cesse, avec, ici, très visible, le rythme pour obsession. Thomas Morfin est obsédé, soit. Thomas Morfin est aussi journaliste. Son le rap les coups a la rudesse du documentaire, la verve de l’autofiction et l’emprise rythmique qui vous condamne à ne pas lâcher ces 110 pages qui vous tamponnent, comme le ferait un pilier français lancé à l’assaut du Grand Chelem des 6 nations. La nation, il en est justement question chez Morfin. Une nation recomposée, comme sont recomposées certaines familles. Livre disparate et frontal, le rap les coups est aussi fraternel. Son ode au Rap, scandé pour se « fracasser la bouche » ou « rompre la gorge », est vénère, bien roulé et quand même un peu méchant. C’est bien. Rien de tranquille, jusque dans son formalisme, répétitions ad lib de « les coups les coups ». Pas de pause, rien à picorer. Ici, les mots sont des pruneaux, des bastos bien striées. Ça remonte le cours de l’histoire, NWA, Nas, OutKast, Jay-Z, MF Doom et Gravediggaz, entre autres, et dans cette histoire déroulée parfaitement, ça nous raconte. Nous qui frappons sans fin, sur les autres ou sur nos propres démons. Petit livre d’éloge, nomenclature de poche, le rap les coups est aussi précieux que dangereux. Fuckin’ godamm utmost.

Une chronique à retrouver sur PointBreak.fr

Guillaume Malvoisin
PointBreak.fr 20 mai 2022
Réalisation : William Dodé - www.flibuste.net - Mentions légales