Parution : 18/04/2019
ISBN : 9782360549719
528 pages (14,8 x 21)

La Danse des infidèles

Bud Powell à Paris

L’un des plus grands livres sur le jazz.

Nicolas Ungemuth – Le Figaro Magazine

L’histoire de Francis Paudras et Bud Powell semble exceptionnelle, romancée. Et pourtant ce récit qui nous plonge dans le milieu du jazz à la fin des années cinquante à Paris est bien réel. Comment ne pas être séduit par ce jeune illustrateur passionné de jazz qui, découvrant petit à petit l’enfer que vit Bud Powell, son maître, décide de le sauver. S’en suit le récit de longues années, où la générosité côtoie le génie, pour le meilleur et pour le pire, à la rencontre de grandes figures du jazz et des clubs et bars qu’ils ont hantés des années durant. Tantôt solaire, tantôt cru dans la réalité qu’il dépeint, ce récit est également l’occasion de revenir, articles et témoignages à l’appui, sur l’évolution d’une musique qui était, à cette époque, à un tournant essentiel de son histoire.

Revue de presse

Bud Powell : Jours tranquilles à Paris Niclas Ungemuth Le Figaro Magazine 21 juin 2019
- La Danse des infidèles Guy Darol Jazz Magazine juin 2019
- Les légendes du piano jazz à plein volume Bruno Pfeiffer Libération // Ça va jazzer 3 juin 2019
- Bud Powell : la transe du pianiste Jazz Jean Rouzaud Nova 16 mai 2019
- La pianiste et le sauveur Christian Larrède Son du Monde 24 avril 2019
- La Danse des infidèles Alex Dutilh France Musique // Open Jazz 22 avril 2019
- La Danse des infidèles Jean-Louis Lemarchand Les Dernières Nouvelles du Jazz 23 avril 2019

Bud Powell : Jours tranquilles à Paris

Le livre La Danse des infidèles raconte l’amitié qui lia le grand pianiste de jazz américain à son plus grand fan français, Francis Paudras, des la fin des années 1950. Un témoignage exceptionnel.

Vers le milieu des années 1940, aux Etats-Unis, le jazz connut une révolution sans précédent : un saxophoniste (Charlie Parker). un trompettiste (Dizzy Gillespie) et deux pianistes (Thelonious Monk et Bud Powell) commencèrent à improviser sur les accords et non plus sur les mélodies. Quittant les grands orchestres dans lesquels ils avaient fait leur premiers pas. Ils se mirent à jouer en petites formations afin, que chaque instrumentiste puisse se lancer dans de savantes improvisations pour leurs solos respectifs, la batterie prenant une dimension nouvelle avec l’arrivée de musiciens comme Kenny Clarke ou Max Roach. Le bebop était né. Les deux pianistes qui contribuèrent à ce renouvellement étaient amis et complémentaires : adepte de délicates dissonances brouillant subtilement le message, le taiseux et économe Monk aimait le silence et jouait comme un équilibriste. Powell, grand admirateur d’Art Tatum, était véloce et brillait pas ses solos rapides et éblouissants : il était le seul à pouvoir faire au piano ce que Parker exécutait au sax.

[…]

Cette amitiés exceptionnelle dans le Paris des années 1950 est racontée dans un livre initialement sorti en 1986, qui inspira le film de Bertrand Tavernier Autour de Minuit, dans lequel François Cluzet interprétait Paudras, Powell étant remplacé par le grand saxophoniste Dexter Gordon. L’attention du Français pour le musicien américain “aussi fragile qu’un enfant de 5 ans”, leur amitié profonde, la manière dont Paudras parvint, à force de patience et d’obstination, à refaire parler et à “réparer” cet homme mutique et abîmé, font de ce récit non seulement l’un des plus grands livres sur le jazz, mais aussi le témoignage unique d’une complicité inédite entre un mélomane et son héros, ce musicien génial qui devait finalement disparaître en 1966.

Niclas Ungemuth
Le Figaro Magazine 21 juin 2019

- La Danse des infidèles

Autour de minuit, le remarquable film de Bertrand Tavernier était un portrait croisé de Bud Powell et de Lester Young en partie inspiré d’un récit de Francis Paudras publié en 1986 aux éditions de l’Instant. Enfin réédité, La Danse des infidèles, retrace le parcours de Bud Powell dès son arrivée à Paris en 1956, à l’occasion d’une tournée Birdland qui allait le mener à la Salle Pleyel.

[…]

L’ouvrage est la chronique de ses jours parisiens et l’opportunité de suivre le pianiste dans la proximité d’illustres musiciens au Chat qui Pêche, au Blue Note de la rue d’Artois et dans tous ces coins et recoins où Bud se perd, pourchassé par ses cauchemars, et où Francis parvient à le retrouver, armé d’un amour inconditionnel. L’émotion qui nous étreint à la lecture de ce livre ne peut que tirer de vraies larmes.

Guy Darol
Jazz Magazine juin 2019

- Les légendes du piano jazz à plein volume

Francis Paudras tire le titre de Dance of the Infidels, la composition du pianiste Bud Powell, géant du bebop, géant du jazz, géant de la musique du XXe siècle. En 1956, le jeune illustrateur, tombe à la renverse devant le virtuose à la salle Pleyel, lors d’une tournée parisienne. Il se démènera des années durant pour maintenir à flots le personnage, malmené par son épouse (qui ne songe qu’à l’exploiter); brutalisé par la police américaine, alors qu’il défendait son ami Thelonious Monk dans un club; enfermé dans un asile psychiatrique; en proie à l’alcool; rongé par la tuberculose. Paudras se saigne pour acheter un studio, puis un appartement rue de Clichy, afin de loger son protégé. Le fan providentiel égrène – au jour le jour – le «sauvetage» du jazzman. Avec lui, impossible de perdre la moindre minute de Bud, le moindre détail, le propos le plus banal, tant la ferveur, l’attention permanente, la dévotion, la générosité, portent haut la plume.

Du Chat Qui Pêche au Blue Note se saluent, dans un Paris bouillonnant de jazz, les grandes figures de la musique. On tutoie Chet, Thelonious, Ornette, Dexter, etc. Accordez crédit aux pianistes légendaires, Bud est leur dieu à eux aussi. Bill Evans – cité en exergue : «Si je devais choisir un seul musicien pour son intégrité artistique, pour l’originalité incomparable de sa création, mais aussi pour la grandeur de son oeuvre, ce serait Bud Powell. Personne ne lui arrive à la cheville». Ou Paul Bley, se confiant à Paudras : «Tout le monde le sait, Francis, le maître, c’était Bud. C’est évident». Ecoutez les enregistrements des labels Blue Note, Verve, RCA. Quand Bud Powell se met à jouer s’ouvrent béants tous les orifices du crâne. Le livre, trempé dans un serrement de coeur, restaure l’esprit du génie, mort à New York, en 1966. Bud avait 41 ans.

Lire la totalité de l’article en ligne

Bruno Pfeiffer
Libération // Ça va jazzer 3 juin 2019

- Bud Powell : la transe du pianiste Jazz

Avec l’énorme récit détaillé de la vie de Bud Powell, Francis Paudras, son protecteur, nous raconte trois histoires à la fois.

Celle de ce New-Yorkais, virtuose, incroyablement doué, ultra rapide et inventif, jamais en paix, mais victime de troubles psychiques graves.
Earl Rudolph Powell (1924–1966) eut 42 ans pour affirmer son génie très particulier, fait de virtuosité et d’improvisations risquées.

Francis Paudras, l’auteur, musicien et graphiste parisien, va vivre avec son héros des histoires cocasses et tragiques, le protégeant des ses démons en permanence, et décrivant ainsi la faune Jazz, regroupée à Paris dans les années 50 : les attitudes de fans de Jazz, aussi bien que les rapports entre les musiciens exilés noirs américains.

Enfin, il nous éclaire sur cette passion folle et soudaine des français (et des européens en général) pour cette expression Jazz devenue moderne, du Be-Bop au Free.

Les grands noms défilent : Thelonious Monk, Art Tatum, Dizzie Gillespie, Miles Davis, Ornette Coleman, Charlie Parker, Billie Holiday…
La bande des dieux jazzistiques en pleine ébullition. Quelques anecdotes et réactions vécues nous en disent long sur les amitiés réelles et les concurrences, non moins chargées d’affect.

Tout y passe : les histoires d’amour, d’argent, de survie, les coups bas et les coups de génie, pour le meilleur et le pire d’un mouvement artistique important, qui sortait la communauté afro-américaine de ses ghettos et de la chape de plomb qui pesait sur elle en Amérique, jusqu’au mouvement des droits civils dans les années 60.

[…]

Scène Jazz, un univers impitoyable

Presque toutes les stars Jazz de cette époque connaissaient le même parcours du combattant ; mal payés, maltraités, harcelés par la police new-yorkaise, emprisonnés pour un joint, battus pour une bouteille…

Environnés d’escrocs, de dealers, de producteurs véreux, de tôliers de bar intraitables, d’indicateurs, de mafieux et de policiers racistes au dernier degré, surveillés et copiés, pillés par des syndicats en leur défaveur, insultés quotidiennement, la plupart de ces virtuoses trouvait une compensation dans leur Art… et dans des drogues diverses.

À Paris, un mini-paradis s’ouvre à eux : on les applaudit, on les aime, on les soutient, on les paie encore mal, mais on les paie ! Malgré leurs disques des années 40–50 devenus des classiques, il faudra encore des années pour que les plus démunis arrivent à vivre décemment.

L’auteur, Francis Paudras, véritable samaritain, admirateur indéfectible de Powell, sera obligé de l’installer chez lui, fasciné par les capacités hors-normes et les intuitions du médium qu’est Bud Powell, qu’une incorrigible inconscience et une irresponsabilité chronique entraîne dans des catastrophes permanentes, parfois cocasses, mais toujours tragiques.

Je ne suis pas fan de Jazz et même contre l’adoration des blancs devant ces saints apôtres de la musique syncopée ou minimale, qui nous racontent leurs peines et leur fantaisie avec un génie et une classe qui déclenchent l’admiration (et une certaine culpabilité trop tardive).

Leur passion de la musique et leur acharnement à jouer sont à la mesure de leur souffrance, de leur destin d’éternels migrants, d’anciens esclaves que l’on retrouve chez nos tziganes, gitans, romanos… pour une autre musique romantique, agglomérat d’influences, glanées au cours de siècles de voyages forcés de ces déshérités et qui les aide à retrouver leur humanité et leur fierté bafouée…

Lisez toute la chronique sur le site de Nova

Jean Rouzaud
Nova 16 mai 2019

- La pianiste et le sauveur

Retour sur l’amitié déchirée entre Bud Powell et son fan éperdu Francis Paudras.

Ce furent les images en clair-obscur d’Autour De Minuit, film de Bertrand Tavernier (deux César et un Oscar, en 1987). Mais c’est bien le livre inspirateur, La Danse Des Infidèles (d’après une composition de Bud Powell) qui évoque pour la première fois l’année précédente le tumulte relationnel entre le jazzman et Francis Paudras, dessinateur et designer parisien à son compte, vivant chichement de son métier, mais ressuscitant chaque soir grâce aux concerts de jazz, et en particulier au génie du New-Yorkais. Lorsque Bud Powell s’installe en France en 1958, il n’est pas le premier musicien afro-américain à porter son dévolu sur un pays où son art semble mieux considéré, et le racisme moins prégnant qu’aux États-Unis. Dès 1962, Paudras se lie d’amitié avec lui, puis, aidé par le saxophoniste Johnny Griffin, prend en charge un traitement curatif de la tuberculose, l’héberge, ainsi que sa famille, et lui tient la main lors de son retour vers la mère patrie. Entre roman et monographie (incluant témoignages et articles de presse), la nouvelle édition de ce livre, chronique d’un désastre et d’une navrance annoncés, rend compte d’une épopée se transformant en errance, de par la volonté destructrice de son principal acteur.

[…]

Retrouvez la chronique intégrale sur Son du Monde

Christian Larrède
Son du Monde 24 avril 2019

- La Danse des infidèles

Alex Dutilh vous parle de la réédition du livre de Francis Paudras : ”Un témoignage incroyablement documenté, précis, de ces années passées à côté de Bud Powell.

Écoutez toute l’émission sur le site de France Musique

Alex Dutilh
France Musique // Open Jazz 22 avril 2019

- La Danse des infidèles

La personnalité de Francis Paudras s’est dévoilée au grand public sous les traits de François Cluzet dans l’un des films les plus authentiques dédié à l’univers du jazz : ‘Autour de Minuit’ de Bertrand Tavernier. Fan inconditionnel de Bud Powell (rôle tenu à l’écran par Dexter Gordon) le jeune illustrateur racontait cette même année 1986 dans « La Danse des Infidèles » (titre d’une composition de son idole) son amitié pour Earl « Bud » Powell et son engagement de tous les instants entre 1959 et 1966 auprès d’un des maîtres du be-bop totalement perdu dans la vie quotidienne.

Réédité aujourd’hui, cet ouvrage n’a rien perdu de sa force émotionnelle et de sa puissance évocatrice du milieu du jazz à Paris où Bud résida de 1959 à 1965 et à New-York, où il décéda à 42 ans le 31 juillet 1966.

[…]

Riche en informations, témoignages, anecdotes, La ‘Danse des Infidèles’ nous apporte aussi un éclairage pertinent sur les tribulations de Bud Powell, ses « exploiteurs » (patrons de clubs, sa compagne Buttercup), ses amis musiciens (Ornette Coleman, Art Taylor, Johnny Griffin…) et ses fidèles de la première heure, Elmo Hope et surtout Thelonious Monk (« Jamais je n’avais vu deux êtres aussi proches, aussi complices, aussi frères »).

Lire la chronique intégrale sur les DNJ

Jean-Louis Lemarchand
Les Dernières Nouvelles du Jazz 23 avril 2019
Réalisation : William Dodé - www.flibuste.net - Mentions légales