Parution : 22/08/2019
ISBN : 9782361390488
324 pages (14,8 x 21cm)

23.00 €

Commander

Jazz rock

Esprits libres et fusion des genres

Le jazz rock représente parfaitement le bouillonnement expérimental et commercial propre aux années soixante-dix.
1969, au lendemain de Woodstock, le rock a montré à la terre entière qu’il n’est pas un mouvement de dégénérés drogués et marginaux mais bien l’avenir de la musique. Le monde du jazz, de son côté, devient adulte et a besoin d’une cure de jouvence. Dans cette période d’expérimentation, c’est tout naturellement que ces genres se mêlent pour créer de nouvelles voies, en Amérique comme en Europe. Pendant que Miles Davis, John McLaughlin ou Chick Corea poussent vers le rock, Jimi Hendrix, Chicago ou Jack Bruce tirent vers le jazz. Herbie Hancock se dirige vers le funk rejoindre Earth, Wind & Fire, issus comme lui du jazz, quand Funkadelic sort les grosses guitares, Sly Stone joue les rock stars et que Jeff Beck et Stevie Wonder jamment. Tout au long de cet ouvrage, nous irons à la rencontre des acteurs majeurs de cette révolution, et nous découvrirons, outre les genres musicaux et les œuvres abordées (jazz rock, jazz soul, jazz funk, funk rock, flamenco rock, samba rock, latino rock, et d’autres encore), le contexte particulier dans lequel ces mélanges ont pu avoir lieu, et les conditions de leur diffusion dans le climat artistique, social et politique de cette vague utopique.

Revue de presse

- Que le jazz rock se lève ! Christophe Rodriguez Sorties Jazz Nights 1 novembre 2019
- Jazz rock Bernard Morlino le blog de Bernard Morlino 3 octobre 2019
- Jazz rock Mémoire des Arts sept-dec 2019
- Jazz rock Alain Vollerin Le blog des Arts 7 septembre 2019
- Jazz culture Alex Dutilh France Musique // Open Jazz 10 septembre 2019
- Jazz rock Thierry de Fages le blog de Phaco 26 août 2019
- Arts et essais ! #44 - Christine Le Garrec À vos marques… Tapage! 17 août 2019

- Que le jazz rock se lève !

Sans être écrivain, mais chroniqueur, c’est le genre de livre que nous aurions souhaité écrire. Pour une fois il ne s’agit pas d’un produit anglo-saxon, qui sont pour la plupart bien faits, mais d’une bible de référence qui nous provient de la région lyonnaise. Producteur musical dans tous les domaines, Marc Alvarado, vient de signer un ouvrage magistral sur ce que fut l’avènement du jazz-rock, avec ses confluents et autres styles.

Si vous êtes programmateur, féru de radio ou de podcasts, cette bible vous donnera des idées pour développer une série d’émissions avec des artistes plus connus (John McLaughlin, Miles Davis, Tony Williams, Cream). Mais aussi quelques oubliés, comme ceux qui firent les beaux jours de la petite compagnie de disque CTI fondé par le légendaire Creed Taylor.

[…]

Est-ce que la fusion était inévitable ?, c’est ce que vous lirez au fil des pages hautement documentées. Si la soul durcit le ton avec la fondation de la marque Motown puis Stax, la salve est venue d’un judicieux assemblage avec le guitariste Larry Corryel, le saxophoniste Charles Loydd, le groupe Cream (Ginger Baker, Eric Clapton) et Mitch Mitchell au sein du Jimi Hendrix Experience. Bien entendu, le trompettiste Miles Davis qui n’est pas en reste voit ses ventes de disque chuter. Il fera donc flèche de tous « cuivres » avec In a Silent Way et Bitches Brew.

Du fil en aiguille et à travers les festivals que furent ceux de Woodstock et Newport et celui de l’île de Wright, l’auteur remonte la filière. Il établi des liens et nous fait redécouvrir l’étonnant travail de l’iconoclaste Frank Zappa, du Mahavishnu Orchestra, sans oublier les idées de Jimi Hendrix, Annette Peacock (la fusion au féminin) et grand bonheur, le concert Wattstax avec Issac Hayes en tête.

La tête pleine de musique, oui oui, fouillez dans votre discothèque, vous retrouverez aussi le claviériste Joe Zawinul avec le saxophoniste Julian « Cannonball » Adderley-Mercy, Mercy, Funkadelic, Weather Report, la formation Return To Forever, Curtis Mayfield, le saxophoniste argentin incandescent Gato Barbieri (El pampero), puis rayon Europe, l’intense groupe Magma. Ce ne sont que de petits « échantillons » qui vous mèneront vers une quête importante avec au détour, combien d’oubliés et de redécouvertes.

Lisez toute la chronique en ligne

Christophe Rodriguez
Sorties Jazz Nights 1 novembre 2019

- Jazz rock

Superbe livre ! Toute la musique que j’aime… loin des débilités qu’on entend depuis le RAP
bassement commercial. Le RAP à 90 % c’est nullissime. Textes pauvres, bruit au lieu de musique. On n’a jamais vu Hendrix entouré de thons siliconés. Le RAP à 90 % c’est nullissime. Textes pauvres, bruit au lieu de musique. De l’après-guerre à la fin des années soixante-dix, on a eu droit à de vrais artistes. Ce n’était pas toujours mieux avant mais dans ce cas oui.
Marc Alvarado, né en 1961, dresse le panorama des meilleurs musiciens des décennies 1960 et 1970. Il montre bien les influences dans leurs mouvements de flux et reflux. A la fin des années 1960, le jazz et la soul musique s’essoufflaient alors que le rock régnait. Miles Davis a très bien pris le virage de la musique électrique tandis que Hendrix tendait vers le jazz, à sa manière, son unique manière avec un son inimitable et qui vrille le cœur. La mort du guitariste nous a privés de disques d’anthologie. On assista à la naissance artistique de Chick Corea et John McLaughlin. Le funk pointa le but de son talent avec H. Hancock et Earth, wind and fire. Vers 1966, le mouvement hippie déferla sur le monde comme une tornade de liberté. Les jeunes s’illusionnaient avec ou sans H dans l’espoir de fuir le système établi par les parents.
A partir des années 1965, les Beatles ont lancé la mode de la marijuana sans trop sans rendre compte. Eux-mêmes imitaient Bob Dylan. Les patrons de presse sortaient des journaux (Rock and Folk, Rolling Stone…) car les jeunes n’avaient rien à se mettre sous la dent à part Salut les Copains. 1967 devint historique avec la sortie de Sergent Pepper’s lonely hearts club band.
Une fois lancée, la révolte déstabilisait les radios. A la fin des années 1960, le jazz fut détrôné par le rock, chez les Blancs, et par le rhythm’n’blues chez les Noirs. La basse électrique se fit entendre. Malcolm X glorifia le Noir et refusa la domination blanche. La tamla Motown faisait la pluie et le beau temps. On entendait aussi des influences brésiliennes avec Stan Getz et Joa & Astrud Gilberto. Il y avait aussi Chico Buarque, Jorge Ben et Gilberto Gil. Le jazz rock se fit une place au soleil. Woodstock devint le concert du siècle avec 500 000 personnes présentes. Sly and the familly stone donnait le rythme. On était heureux. Surtout jeunes. Certains le sont restés. D’autres sont morts. Le plus grand nombre survit et transmet.

Lisez la chronique sur le blog de Bernard Morlino

Bernard Morlino
le blog de Bernard Morlino 3 octobre 2019

- Jazz rock
Marc Alvarado, après une carrière dans la production musicale, audiovisuelle et multimédia, né en 1961, enseigne le management de projet culturel, à Lyon. Il connaît parfaitement bien l’histoire du Jazz, mais aussi, celle du Rock. Son abondante étude est proche de la perfection. Marc Alvarado connaît tout de l’histoire de ces musiques : Avant 1960 : les ingrédients du mélange [la suprématie du rock, les malheurs du jazz, l’agonie de la bossa-nova, etc], 1969 : le parfum du mélange [aux Etats-Unis: de Newport à Woodstock, Miles Davis: ln a silent way et bitches brew, etc], Les années soixante-dix : l’explosion du mélange [ l’après Bitches Brew-Miles Davis, !‘Eternelle Seconde Chance-Tony Williams, etc], les années soixante-dix: le mélange exotique [les héritiers de la couronne: Jack Bruce et Ginger Baker, les perdants magnifiques: Colosseum et Patta, etc]. Un merveilleux cadeau!
Mémoire des Arts sept-dec 2019

- Jazz rock

Marc Alvarado, après une carrière dans la production musicale, audiovisuelle et multimédia, né en 1961, enseigne le management de projet culturel à Lyon. Il connaît parfaitement bien l’histoire du Jazz, mais aussi, celle du Rock. Son abondante étude est proche de la perfection. Marc Alvarado connaît tout de l’histoire de ces musiques : Avant 1969 : les ingrédients du mélange (la suprématie du rock, les malheurs du jazz, l’agonie de la bossa-nova, etc), 1969 : le parfum du mélange (aux Etats-Unis : de Newport à Woodstock, Miles Davis : In a silent way et bitches brew, etc), Les années soixante-dix : l’explosion du mélange (l’après Bitches Brew-Miles Davis, l’Eternelle Seconde Chance-Tony Williams, etc), les années soixante-dix : le mélange exotique (les héritiers de la couronne : Jack Bruce et Ginger Baker, les perdants magnifiques : Colosseum et Patto, etc). Un merveilleux cadeau !

Retrouvez la chronique sur Le blog des Arts

Alain Vollerin
Le blog des Arts 7 septembre 2019

- Jazz culture

Alex Dutilh vous parle du livre de Marc Alvarado dans son émission consacrée à Palm Unit et leur hommage Henri Texier.

Pour la chronique du livre, rendez-vous à la 36e minute

Alex Dutilh
France Musique // Open Jazz 10 septembre 2019

- Jazz rock

Dans Jazz rock – Esprits libres et fusion des genres Marc Alvarado nous dit tout sur l’histoire du populaire et célèbre genre musical propulsé par le progrès technologique et de nouveaux artistes novateurs.

[…]

Très documenté le livre entraîne le lecteur dans toutes les subtiles ramifications du genre, du Brésil aux USA en passant par l’Europe. Un voyage fusion qui l’invite à redécouvrir toutes les étonnantes péripéties musicales du genre, du funk à guitares (Funkadelic) au groove du bayou (The Meters) en passant par le précurseur du rap (Gil Scott Heron), le rock andalou, ou flamenco rock, le krautrock en fusion, le jazz rock yodel ou la fusion brésilienne. Un livre référence !

Toute la chronique est disponible sur le blog de Phaco

Thierry de Fages
le blog de Phaco 26 août 2019

- Arts et essais ! #44

Une soif d’amour, de liberté et de fraternité, exacerbée bien souvent par l’usage de stupéfiants qui leur ouvraient grandes ouvertes les portes de la perception, chères à Huxley : la génération « Peace & love » de la fin des années 60, avide de changements, prônait sa contestation, entre autres, par la musique. Loin de toute convention, les courants musicaux, dans un véritable chaudron bouillonnant, ont alors donné lieu à des fusions expérimentales hallucinantes qui continuent à nous fasciner aujourd’hui. Jazz rock, soul jazz, funk rock, jazz et rock latino, jazz rock psychédélique, jazz rock et flamenco, jazz rock et tango… Toutes ses combinaisons ont vu le jour dans une explosion des genres d’une créativité jamais égalée depuis ! C’est à la genèse de cette période musicale bénie des dieux que Marc Alvarado nous convie à travers cet ouvrage où il nous offre un panorama complet du climat artistique mais aussi social et politique de cette vague qui a tout submergé sur son remarquable passage. Présentation des groupes et œuvres phares, analyse chronologique scrupuleuse des années 60 (le changement en marche, l’élaboration des mélanges, les festivals…), aux années 70 (l’explosion des mélanges, les iconoclastes patentés, les mélanges « exotiques » en Europe et en Amérique du Sud…), bibliographie, filmographie, sites Web répertoriés… Rien ne semble avoir été oublié dans ce voyage au cœur du meilleur de la musique de ces années magiques, malgré l’incroyable richesse de la matière à explorer ! Vous retrouverez dans ce bel ouvrage tous les artistes qui vous ont fait planer, rêver et danser … Et qui continuent sans l’ombre d’un doute à éblouir plusieurs générations depuis (déjà…) 50 ans !

Retrouvez la chronique de Christine Le Garrec en ligne

- Christine Le Garrec
À vos marques… Tapage! 17 août 2019
Réalisation : William Dodé - www.flibuste.net - Mentions légales