Parution : 17/10/2013
ISBN : 9782360541034
728 pages (14,8 x 21 cm)

28.00 €

Commander

Free Party - Nouvelle édition

Une histoire, des histoires

La free party n’a pas de lieu. Elle se nourrit de voyages des teknos travellers au travers de l’Europe, puis du monde. [...] Toute personne qui a croisé la free party dans sa vie a participé activement à l’écriture de son histoire. Mieux, elle en a gravé dans sa mémoire son propre récit, unique.
Photos
CD audio

La free party est la branche clandestine et radicale de la rave. Issue d’Angleterre, profondément liée à des modes de vie nomades et alternatifs, elle s’est agencée comme une véritable contre-culture dans les années 90. C’est en France et en Tchéquie qu’elle a connu son plus fort développement jusqu’à un âge d’or, au terme de la décennie, suivi d’une répression violente dans les années 2000. Pourtant, aujourd’hui, plus de quinze ans après ses débuts discrets, de nombreux jeunes s’investissent encore dans l’aventure. Ils créent leurs sound-systems, organisent des teufs légales ou illégales et partent en voyage toujours plus loin pour diffuser leur mode de vie et leur musique.
Au travers d’une quarantaine de témoignages, l’ouvrage propose, sans aucune hiérarchie entre les intervenants, à l’image de l’utopie de la free party, de montrer comment elle a changé leurs vies et orienté leurs choix. Réalisés sur un panel varié de représentants du mouvement (des anciens, des nouveaux, des figures historiques, des anonymes, des organisateurs, des teufeurs engagés, des musiciens, des cuisiniers, des doux rêveurs, des activistes, des touche-à-tout etc.), ces entretiens entraînent dans un monde de voyages, de rêves, d’utopies, de passion, de galères. Sans masque, les témoins se livrent et offrent des récits très denses et riches d’émotion à l’auteur qui a vécu lui-même ce mouvement de l’intérieur.

Revue de presse

- Free Party. Une histoire, des histoires Thibaut Allemand Magic. Revue pop moderne Été 2017
- 2001, l'Odysée des Raves Party Fabrice Drouelle Affaires Sensibles - France Inter 29 juin 2017
- Machine Musik Elizabeth Tchoungi France Culture // Sur écoute 21 septembre 2013
- Le Grand bain Sonia Devillers France Inter 23 août 2012
- « Cette utopie collective n'est pas morte, les yeux brillent encore » Jean-Baptiste Bernard Article 11 Février-Mars 2012
- Bulles noires Stéphane Allégret Radio Libertaire 15 octobre 2011
- L'atelier du son Thomas Baumgartner France Culture 16 septembre 2011
- Emission Speciale Robex Radio Grenouille 14 juin 2011
- Rave, story of a dream J SA Ventilo n°280 Mai 2011
- Entretien avec Guillaume Kosmicki Agents d'entretiens Agents d'entretiens Mai 2011
interview Desperate bloglife mai 2011
- Non, le mouvement techno n'est pas mort Marion Ablain OUEST FRANCE 22 avril 2011
- Une histoire, des histoires Hub ShitWalker & Sherlock Oh Gosh Avril 2011
- Electron, toujours plus libre Rodéric Mounir et Benoît Perrier Le Courrier 21 avril 2011
- Free Party codotusylv Fake for real 11 février 2011
- Free party Eric Deshayes Néosphères Février 2011
- Essai en février : travellers, raves et free parties Isa Alter1fo 10 février 2011
- Soirée "Free Party" Thibaut Allemand Let's Motiv Février 2011
- Free Party Marc di Rosa Nouvelle Vague Février 2011
- Partysan J. P. Mouvement Jan-Fev-Mars 2011
- Soirée de lancement, table ronde et musique Erwan Canal B nov-déc 2010
- Free Party Thibaut Allemand Letsmotiv (nord) Novembre 2010
- Free Party Canal B / Émission Wake Up Call Novembre 2010
- Free Party Yanick Philipponat midi libre.com Novembre 2010
- Free Party Entretien Château merdique - Radio Canal B (Rennes) Novembre 2010
- Free Party Entretien / Dominique Jeuvrey Radio Campus Novembre 2010
- Free Party Laure Narlian Site culture.france2.fr Novembre 2010
- Le livre du mois Stéphanie Lopez Tsugi Octobre 2010
- Des vies en Free Parties Entretien O. Pernot/G. Kosmicki Trax Septembre 2010

- Free Party. Une histoire, des histoires
Cette fresque émouvante revient sur vingt ans de rave, de la naissance des Spiral Tribe à la diaspora électronique (France, Italie, République Tchèque). Guillaume Kosmicki (alias Tournesol au sein d’Ôko System) est un musicologue capable de s’enflammer pour un mix d’lxindamix ou une symphonie de Mahler. La force de son ouvrage? Le refus de l’histoire froide. À la manière de Please Kilt Me ou Manchester Music City, sont interrogés une quarantaine d’acteurs, des pionniers anglais aux convertis continentaux. Ce flux oral colle parfaitement à un mouvement qui n’a jamais eu de manifeste écrit. Ces témoignages de trajectoires personnelles et variées étonnent parfois et remuent, souvent. S’ajoute également le plaisir de revivre, sous une autre forme, quelques mémorables moments. Aujourd’hui, les free parties sont scindées entre d’un côté, des naïfs souhaitant, en vain, un dialogue avec l’État. De l’autre, des irréductibles plus inventifs refusant catégoriquement de transiger avec les autorités. En attendant, les raves ne servent plus de contre-feu, et c’est très bien ainsi.
Thibaut Allemand
Magic. Revue pop moderne Été 2017

- 2001, l'Odysée des Raves Party

A la fin des années 80, la vague des fêtes de musique électronique frappe l’Europe de ses premières notes. En Angleterre d’abord, puis ensuite en France, le phénomène des « Raves Party » débarque sans crier gare et il renverse tout ce qui se trouve sur son passage !

Dans leurs valises : les « Raves » réintroduisent avec elles un mode de vie et un état d’esprit qu’on avait oublié depuis les années « Woodstock ». Celui d’une fête qui rime avec liberté et qui se déroule hors de toute contrainte d’espace ou de temps ! Sur leurs platines : les DJ des « Sound systèmes », véritables maîtres de cérémonies, distillent un son d’un genre nouveau : brutal, rythmé et aliénant… de la musique House et par la suite de la techno à l’état pur ! Dans leurs poches : les fêtards, qu’on surnomme aussi les « raiveurs » (Ravers), sont prêt à braver les éléments pendant des jours pour communier avec la musique !

Véritable Ovni dans le paysage musical, les « Raves Party » tracent leur route de rassemblements en rassemblements, de festivals en festivals ! À chacun de leur passage, à proximité des villes ou dans les campagnes, elles suscitent autant d’engouement qu’elles engendrent d’inquiétudes voir d’incompréhensions… Car bien malgré elles, ils planent au-dessus du mouvement le spectre de la violence, de l’incivisme et de la consommation de drogue ! De fausses idées reçues qui, largement relayées dans la presse, vont être à l’origine d’une sévère campagne de répression par les responsables politique. Au point que progressivement muselées, les Raves Party vont être concurrencées par un autre type de fête, encore plus libertaires celles-là, les « Free Party » !

Alors quelle est donc l’origine de ces fêtes sur fond de musique électronique qu’on appelle plus communément « les Raves » ? Comment sont-elles arrivées en France ? Quelles sont les véritables motivations de leurs organisateurs ? Pourquoi le mouvement s’est-t-il divisé entre légalité et illégalité ? Et enfin comment les pouvoirs publics ont-ils réagi face à ce mouvement ?

Invité Guillaume Kosmicki

Guillaume Kosmicki, musicologue, enseignant-conférencier, spécialiste du phénomène techno à travers les raves et les free party, il est l’auteur de plusieurs ouvrages de références sur le sujet dont « Free Party, une histoire, des histoires » paru avec un CD en 2010, aux éditions Le mot et le reste. Avec nous également par téléphone depuis Brest, Vincent Tanguy, Porte-parole des Sounds Systèmes breton. Il organise des Free Party et il est d’ailleurs membre du collectif « 7–1-6 » (« c’est ainsi »).

Réécoutez cette émission en cliquant ici

Fabrice Drouelle
Affaires Sensibles - France Inter 29 juin 2017

- Machine Musik

Guillaume Kosmicki était l’invité d’Elizabeth Tchoungui sur France Culture pour une émission qui passe en revue la scène musicale allemande à l’occasion des élections législatives.

Mandaté pour ses ouvrages Free Party et Musiques électroniques, Guillaume Kosmicki analyse la scène électronique actuelle.

” [Le militantisme au sein de free parties] n’est pas de l’ordre de la réunion, de la formalisation d’idées pour un futur, mais vraiment d’un engagement dans la vie de tous les jours”.

À réécouter au plus vite !

Elizabeth Tchoungi
France Culture // Sur écoute 21 septembre 2013

- Le Grand bain

Jeudi 23 août 2012, Guillaume Kosmicki était invité à l’émission Le Grand Bain consacrée à la techno pour répondre à la question : “La techno est-elle devenue une musique officielle?”

ÉCOUTER L’ÉMISSION

Sonia Devillers
France Inter 23 août 2012

- « Cette utopie collective n'est pas morte, les yeux brillent encore »

Entretien avec Guillaume Kosmicki, auteur de Free Party. Une histoire, des histoires

Ils ne voulaient pas d’argent. Ni transiger avec les autorités. Ni écouter de la musique insipide produite au kilomètre. Ils voulaient l’improvisation et la folie, l’enthousiasme et le plein air. Leurs fêtes étaient libres, rebelles et illégales, sans règles imposées. Autogestion teknoïde.
Dans les années 1990, les enfants de la tekno , activistes de la free party, ont organisé certaines des plus classieuses fêtes de tous les temps. Mais au cours des années 2000, l’utopie a pris du plomb dans le son. Trop de monde, d’attention médiatique. De flics et de marchands du temple. Plus assez de politique, de valeurs partagées. Les folles fêtes se sont faites conformes et mortifères.
Le mouvement free party n’est pas mort, pourtant : dans les campagnes, les forêts, les failles urbaines, il bouge encore. Et certains n’ont jamais cessé de danser, bien décidés à ne rien lâcher. Guillaume Kosmicki, ancien activiste et musicologue, en dresse le joli constat dans Free Party. Une histoire, des histoires (éditions Le mot et le reste ). L’ouvrage, qui compile des dizaines de témoignages, trace le beau (et parfois triste) panorama de plus de quinze ans d’utopie tekno, par la voix de ceux qui y ont participé. Et n’omet pas une certaine déception – révolution teknoïde avortée. Bilan.

*********

Ta première fois ?
C’était en 1994. Étudiant à Aix-en-Provence, je rentrais à la cité U avec des amis, après une soirée en ville. Il était tard, on marchait en bord de route ; un camion s’est arrêté. Les mecs nous ont donné un flyer, juste comme ça. Il s’agissait des Psykiatriks, l’un des premiers sons français, des Parisiens versés dans le hardcore .
J’y suis allé, à cette fête. Et j’ai pris une claque. Une vraie claque. À cause de la manière dont les choses se goupillaient. Du fait de débarquer dans un endroit pas du tout prévu pour ça, sans aucune des normes habituellement imposées – pas de droit d’entrée, de videurs ou de service de sécurité, de lieu officiel. Et de la musique qui ne paraissait respecter aucune règle, libre d’emprunter, de mélanger et fusionner.
J’ai pris le train en marche. On se retrouvait alors en pleine cambrousse, ou dans des hangars abandonnés, des endroits parfois totalement fous où régnait une liberté incroyable. Il n’y avait pas vraiment de début ou de fin, pas de concert ni de scène ou d’artiste star. Juste un truc qui se faisait, où tout le monde semblait avoir un rôle à jouer. Chacun acteur. Les musiciens, peu visibles ou même cachés, n’étaient jamais en position de performance spectaculaire. Ça participait de l’utopie de la fête, cette espèce de communion partagée par tant d’inconnus issus de milieux différents. Toute une faune éparpillée dans ses goûts et ses délires, et se retrouvant pourtant avec le même plaisir.

Tu t’y es investi à fond ?
Avec plusieurs casquettes. Teufeur, bien sûr. Musicien, aussi, au sein d’Öko System. À l’époque, j’étais plutôt axé hard, expérimental, voire parfois hardcore ou hardtek, mais jamais trop dans les rails. On se produisait parfois avec un ami qui venait du jazz, et qui joue aujourd’hui sous le nom Mekanik Kantatik ; c’était toujours très chaotique, avec des textures un peu distordues et un son agressif. Il y avait beaucoup d’improvisation ; il arrivait même qu’on perde les gens en route…
J’étais aussi observateur. En 1995, je suivais un cursus de musicologie, et un prof m’a poussé à travailler sur les free parties. Il pensait à raison que cela pouvait faire un bon sujet d’enquête. Je débarquais donc en teuf avec mon petit calepin et mon enregistreur. Parfois, je m’amusais ; à d’autres moments, j’étais plus sérieux, façon observation participante. Au fond, on peut dire que je n’ai jamais cessé ce travail commencé en 1995 – je continue aujourd’hui à réfléchir sur le mouvement des free parties, j’écris, je donne des cours ou des conférences.

Ce qui nous amène à ton ouvrage, Free Party. Une histoire, des histoires…
J’avais déjà écrit quelques articles sur le sujet, plutôt scientifiques, avec un regard assez distancié. Mais pour ce livre, je ne voulais pas d’un ton univoque, façon cours magistraux. Et encore moins d’une quelconque objectivité : ce mouvement, j’en suis. Je me refusais aussi à dresser une histoire officielle de la free party – celle-ci n’existe pas. En fait, ce sont les trajectoires individuelles qui m’intéressaient. Avec l’idée qu’elles participent toutes d’une grande et multiple histoire, d’un mouvement très divers qui existe depuis plus de 15 ans.
J’ai donc recueilli une quarantaine de témoignages. Ceux d’anciens, actifs au milieu des années 1990, ou de plus jeunes, de membres de sound systems ou d’électrons libres, de musiciens ou de teufeurs, d’anonymes ou de gens un peu plus connus. Certains ont participé à des sons restés plus ou moins mythiques – Spiral Tribes , Facom Unit, Tomahawk, Sound Conspiracy ou Heretik. Beaucoup se sont investis sans compter, montant des sons, prenant la route en camion, en mode travellers, ou vivant en squats. D’autres se sont « contentés » d’aller danser chaque week-end. Mais tous sont traités sur un pied d’égalité, sans hiérarchie, qu’ils aient découvert la teuf en 1994 ou s’y soient mis après 2000. Ce qui m’importe, c’est la façon dont la free party a changé leur vie.

Elle-même a changé. Pas forcément en bien, d’ailleurs…
Je situerais la cassure en 1998–99, quand le public a commencé à débarquer de façon massive. Là, les choses ont en effet commencé à changer, une part croissante des teufeurs se comportant en consommateurs. Ils ne cherchaient plus à s’investir, à participer d’une manière ou d’une autre.
Il y a quelques signes assez marquants de cette évolution. En 1999, les premiers stands de merguez, présents d’ordinaire sur les marchés ou les fêtes foraines, se sont incrustés sur de gros événements. Ces gens n’avaient rien à voir avec le mouvement, ils étaient juste là pour écouler leur marchandise. Le signe évident d’une dégradation par rapport à l’idéal premier, qui veut que chacun soit autonome, prévoie de quoi boire et manger le temps de la fête. Où est le do it yourself quand tu peux acheter ton sandwich à prix fixe, à un mec dans une guérite ?
Et puis, il y a eu aussi l’arrivée massive de dealers. La drogue a toujours été présente, et le deal également – les produits psychotropes participent de la fête tekno, de son côté hédoniste. À une époque, certains sons en vendaient d’ailleurs eux-mêmes, pour s’autofinancer. Mais l’arrivée du deal en masse, avec de gros trafiquants écoulant leurs produits à la criée, a eu un effet très négatif. Minh-Thu, activiste marseillaise, remarque ainsi dans le livre : « Les deux dernières teufs que j’ai faites m’ont éloigné de tout ça : je me suis tapé un kilomètre à pied dans un supermarché de la drogue, avec des personnes qui n’avaient rien à voir avec le mouvement et qui en ont profité pour se faire des couilles en or […]. Je ne l’avais pas vu avant, j’ai percuté en 99. »
Le comportement des participants s’est aussi modifié. On a vu de plus en plus de gens qui, après une nuit ou quelques jours de fête, abandonnaient tous leurs déchets par terre. Laisser ses poubelles sur place parce qu’on sait que quelqu’un va les ramasser : quoi de plus consommateur ? Les mêmes ne cherchaient pas à sortir des sentiers battus, à faire des découvertes musicales. Et ils sifflaient le Dj quand ils le jugeaient trop expérimental ou trop mou ; pas assez conforme, en somme.

La fête libre devenait normée ?
C’était sans doute fatal. Tout mouvement, même très ouvert à la base, finit par se fabriquer des codes. Ce n’est pas que péjoratif : ceux-ci participent de la culture. Mais s’ils deviennent monolithiques et impératifs, si la personne qui n’est pas habillée en kaki des pieds à la tête et qui n’adopte pas une attitude plutôt dure a droit à des regards de travers, ça devient beaucoup moins sympathique. Comme le remarque Vincent, teufeur des débuts : « Les choses prédéfinies ont une tendance à l’intolérance. À partir du moment où la free party s’est définie elle-même en disant ‘On est ça !’, elle est devenue intolérante. »
Il y a ainsi eu, au début des années 2000, une période assez déprimante. Ça tournait en rond, et le public en était partiellement responsable. Il était désormais trop massif pour qu’il soit possible de partager avec lui certaines valeurs. Et il était aussi trop pressé d’en être, de trouver comment ça marche : il se reportait sur les codes les plus basiques.
Mais le public n’est pas seul en cause : certains sons n’ont clairement pas transmis le bon modèle. Eux aussi se sont comportés de façon trop stéréotypée, dans la musique comme dans l’attitude. Pour certains, le fait d’organiser une teuf se suffisait à lui-même – il n’y avait plus de réflexion artistique, musicale ou politique. Et une bonne partie des sound systems les plus connus se sont lancés dans une course en avant ; il fallait organiser les plus grosses fêtes, avec des murs de son démesurés. Spectaculaire, mais triste.

Pour parfait symbole de la période, d’immenses teknivals réunissant des dizaines de milliers de personnes…
Les activistes de la free ont toujours voulu partager leur culture. Faire venir le plus de monde possible, avec un côté parfois prosélyte. Les Spiral Tribes ont même distribué des flyers dans le métro parisien, au début des années 1990…
Mais quand il y a trop de monde, ça devient ingérable. Les gens se montrent responsables quand ils ne sont que quelques centaines ; ils s’en fichent quand ils se comptent par milliers. En mai 2004, le teknival de Chambley, organisé sous l’égide de Sarkozy, a rassemblé près de 95 000 personnes… Ça n’avait plus de sens.
Les médias ont joué un rôle dans cette course au gigantisme. Rien de très neuf : les premiers articles très négatifs sur les raves sont parus dans les journaux français en 1992–93. Alors même qu’une culture très forte voyait le jour, avec des gens lançant des associations et initiant des projets passionnants, les médias et les autorités ont participé d’une même répression, qui a largement tué dans l’œuf ce premier élan. Ils ont joué la diabolisation, certains allant jusqu’à faire le lien entre danseurs et nazis. Cela explique en partie la faiblesse de la culture rave en France.
Les médias ont ensuite embrayé sur les free parties – particulièrement à partir de 2001. Ils en ont fait des tonnes, notamment à la télé, et ont traité le mouvement de façon idiote, avec des raccourcis et des préjugés permanents. Cette alliance d’une couverture médiatique massive et d’une dramatisation inepte a paradoxalement donné envie à beaucoup de jeunes d’aller faire un tour en teuf. C’était the place to be, le public accourait parce qu’il en avait entendu parler au 20 Heures et qu’il voulait découvrir en quoi ça consistait, et non plus parce qu’il croyait à certaines idées. Dans ces phénomènes de masse ingérables, la culture free party s’est noyée ; il ne restait plus que des milliers de personnes, trop souvent là pour de mauvaises raisons.
Les choses se sont ensuite un peu calmées. La répression très dure lancée en 2001 contre les free parties a sans doute contraint le mouvement à se replier sur lui-même…
Il faut préciser le contexte. Nous sommes en 2001, le gouvernement Jospin fait passer la Loi sur la sécurité intérieure (LSQ). Laquelle comprend un amendement dirigé contre les free parties, déposé initialement par le député RPR Thierry Mariani : il impose une déclaration préalable en préfecture, sous peine de saisie du matériel. Dans le livre, un teufeur, Olive, explique  : « Mariani […] est notamment le mec qui défend le milieu des boîtes de nuit. Il était réputé pour être un connard fini, utilisé pour lancer à l’Assemblée les débats sur les sujets les plus chauds. Il s’est emparé de ça, et ça a commencé à baver grave, on s’en est pris plein la gueule. » L’application de son amendement a entraîné des dizaines et dizaines de saisies, sans pour autant permettre aux sound systems d’organiser des événements de façon légale : tout était fait pour que les fêtes n’aient plus lieu. En arrière-plan, les violences policières, la chasse aux teufeurs et une répression permanente.
En tant que telle, cette loi est liberticide et scandaleuse. Mais de façon paradoxale, elle a peut-être fait du bien au mouvement sur le long terme. Parce qu’elle a mis fin aux rassemblements gigantesques et aux débordements qui les accompagnaient, enclenchant une décrue du nombre de participants. Py, du sound system breton Mandragore, note ainsi qu’on est depuis « revenus à des soirées beaucoup plus petites, plus confidentielles, peut-être plus ‘underground’ ». Pas faux.

La free n’est pas morte, alors ?
Bien au contraire ; et j’espère que cela ressort du livre. J’ai été très surpris de constater l’enthousiasme de jeunes sound systems – disons, ceux nés après la loi de 2001. En Bretagne, c’est le cas de sons comme Epsylonn-Otoktone ou Mandragore : ils font preuve de la même ferveur que leurs aînés des années 1990, leurs fêtes sont colorées et ouvertes, la musique y est variée et inventive. S’il y a eu une large désillusion autour de ce mouvement, certains se battent encore pour lui. Et ils ont su garder ce désir de mélanger les cultures, de mettre tout le monde à égalité, de voyager pour faire découvrir la musique… Cette utopie collective n’est pas morte, les yeux brillent encore. L’immédiatisme a toujours de l’avenir.

L’immédiatisme ?
Il s’agit d’un concept artistico-politique basé sur la création collective et développé par Hakim Bey, l’auteur de Zone d’Autonomie Temporaire, TAZ – livre ayant énormément marqué le monde de la free. Pour résumer, l’immédiatisme prône la distance avec la médiation : il faut privilégier les activités artistiques qui y ont le moins recours, les pires étant celles qui passent par la télévision, et réintégrer l’art dans le quotidien.
Hakim Bey explique donc qu’il convient de se passer de toute médiation au profit de l’intervention collective directe. Selon lui, « il faut sortir de l’héritage du Néolithique », qui a mené au partage du travail et aux sociétés industrielles, « pour renouer » avec la manière dont les hommes pratiquaient l’art au Paléolithique. Revenir à des pratiques collectives et « préservées par le secret », en réinventant une économie du don.
Ce concept entre en concordance avec nombre d’idées portées par le mouvement free party. Notamment parce que la composition d’une œuvre y est éminemment collective. Tu pars d’un sample pris sur un morceau qui n’est pas le tien, tu composes avec ce sample un nouveau morceau, et un autre Dj va le mixer avec d’autres morceaux qu’il n’aura pas créés non plus. Il s’agit d’une chaîne de création, dans laquelle chacun a un rôle à jouer et où la propriété intellectuelle ou artistique n’a plus cours. Tout le monde amène sa petite pierre à l’édifice, poursuivant l’œuvre collective. Mais Hakim Bey ne le verrait sans doute pas totalement ainsi ; lui refuse l’ordinateur et les nouvelles technologies.

Le collectif anti-productiviste Pièces et Main d’Oeuvre (PMO) vient justement de publier Techno, le son de la technopole , ouvrage très critique sur l’utopie tekno. Ils écrivent notamment : « Non seulement les beats électroniques ne suppriment en rien l’aliénation à la machine, mais ils accompagnent l’émergence du capitalisme high-tech, partageant sa soumission à la tyrannie technologique, son projet de monde hors-sol et sa fabrique de l’homme-machine post-moderne. »
J’ai parcouru Le Son de la technopole, et je ne suis pas d’accord avec ce que j’ai lu. Dans leur composition, les morceaux teknos sont – c’est vrai – une imitation de la machine omnipotente, celle qui écrase. La machine est un outil d’oppression, le philosophe Jürgen Habermas en parlait déjà dans les années 1960, analysant sous cet angle la technologie et la communication.
Il est aussi vrai que dans le milieu tekno, on s’abreuve littéralement de bruits oppressants et répétitifs, assez semblables à ceux d’une usine. Et on le fait en masse, devant un grand totem d’où a complètement disparu l’être humain – la plupart du temps, le Dj se cache ; et même s’il est devant nous, on ne le regarde pas.
Mais à la différence de PMO, j’estime que ce dispositif a pour but de jouer avec la domination, et de la critiquer. Dans un très grand nombre de morceaux teknos, le rôle du break est essentiel – plantades, cassures, suspensions, ralentissements et accélérations font la musique. La machine est sans cesse contrainte. Et ce sont justement les instants où elle est mise à mal qui déclenchent le plaisir des danseurs.
La machine n’est finalement centrale qu’en ce que le battement du beat, ce boum-boum, évoque celui du cœur. Elle n’existe que tant qu’elle est humaine, et qu’elle se plante à répétition. Tant qu’elle est à notre image. Elle n’est plus seulement mécanique, mais aussi organique. C’est d’ailleurs le message que portaient au début les Spiral Tribe, qui revendiquaient l’alliance entre la technologie et la nature.

ARTICLE 11

Jean-Baptiste Bernard
Article 11 Février-Mars 2012

- Bulles noires

Dans son émission du 15 octobre, Stéphane recevait Guillaume Kosmicki pour parler d’Hakim Bey, de raves et de musiques électroniques.

Lien permanent pour réécouter l’émission

Stéphane Allégret
Radio Libertaire 15 octobre 2011

- L'atelier du son

Dans la deuxième partie de l’émission, le musicologue Guillaume Kosmicki revient sur les Sermons radiophoniques d’Hakim Bey, qui paraissent aux éditions Le Mot et le Reste et dont il signe l’introduction. Hakim Bey, théoricien américain, inventeur du concept de “Zones d’autonomes temporaires”, explique ici “l’immédiatisme”, ou l’art comme jeu quotidien. Guillaume Kosmicki explique en quoi la parole d’Hakim Bey entre en écho avec les free parties et la musique électronique.

L’Atelier du son
Lien permanent sur le site de Guillaume Kosmicki

Thomas Baumgartner
France Culture 16 septembre 2011

- Emission Speciale

ÉMISSION SPÉCIALE autour de « FREE PARTY » de GUILLAUME KOSMICKI

Après le passionnant “Musiques Électroniques” dont nous vous avions déjà parlé sur ces ondes, “Free Party, une histoire, des histoires” est le nouveau livre de Guillaume Kosmicki, toujours aux excellentes Éditions Le Mot Et Le Reste. À l’occasion de la sortie de cette somme inédite et documentée sur un mouvement alternatif qui a connu en France des évolutions contrastées, l’auteur rencontrait Raff (OQP / Sound Conspiracy), Zool (Metek) et Mrik (I.O.T. Records), trois acteurs de la Free Party interviewés dans son livre. La rencontre, organisée au Daki Ling à Marseille et suivie d’un DJ set de Feud’jay (I.O.T. Records), était animée par Robex pour Radio Grenouille qui a également réalisé cette émission spéciale.

Pour réécouter l’émission :
Radio Grenouille

Robex
Radio Grenouille 14 juin 2011

- Rave, story of a dream

RAVE, STORY OF A DREAM > LE 6 AU CARGO DE NUIT (ARLES)

Fin 2010 sortait sur les éditions Le mot et le reste un superbe livre entièrement consacré à l’histoire des raves, Free party : une histoire, des histoires.
Composé en grande partie d’interviews, il est l’œuvre de l’enseignant/conférencier en musicologie Guillaume Kosmicki, activiste techno sous le pseudonyme Tournesol, et hôte d’une fête (Nicolas Cante alias Nikoll et Rokette 77 du Heretik System y sont invités) instructive, qui commence dès 18h par une conférence… Pas banal.
FREE PARTY : UNE HISTOIRE, DES HISTOIRES (LE MOT ET LE RESTE)

J SA
Ventilo n°280 Mai 2011

- Entretien avec Guillaume Kosmicki

*Agents d’entretiens, le portail d’interviews pour balayer les idées reçues, a interrogé Guillaume Kosmicki.
Extraits*

Enseignant et conférencier, Guillaume Kosmicki est un spécialiste des musiques électroniques, dont les deux ouvrages parus sur la question (Musiques électroniques – Des avant-gardes aux dance floors et Free parties – Une histoire, des histoires) font figure de références pour tous les aficionados de ce courant musical si intimement lié à la fête. De la théorie à la pratique, il n’y a qu’un pas que l’enseignant franchit volontiers en troquant sa tenue de conférencier pour celle de DJ Tournesol, son pseudo une fois la nuit tombée. En cette période estivale qui voit fleurir comme des champignons magiques les plus gros festivals de musiques électroniques, il était donc de rigueur de faire un tour d’horizon sur la techno d’hier, d’aujourd’hui et de demain, afin de mieux comprendre l’engouement exponentiel pour ce mouvement qui se veut d’abord libertaire. En piste !

À quelle période les premières musiques dites électroniques sont-elles apparues ?
Tout dépend de ce que l’on entend par “musiques électroniques”. Historiquement, la première fois que l’on a utilisé le terme, c’était en 1951, à Cologne, en Allemagne, dans le laboratoire de la WDR, à propos d’une musique entièrement réalisée à partir de synthétiseurs. Le projet était initié par l’universitaire Herbert Werner-Eppler, le technicien Robert Beyer et le compositeur Herbert Eimert. Ils ont vite été rejoints par de nombreux autres compositeurs, comme Karlheinz Stockhausen en 1952, puis Henri Pousseur et Karel Goeyvaertz en 1954. Le projet a essaimé ensuite dans de nombreux autres pays, comme en Italie en 1955, au studio de la RAI à Milan, avec Luciano Berio, Bruno Maderna et Luigo Nono. Inutile de préciser que les musiques qui sortaient alors de ces studios, reposant sur des processus compositionnels très savants et souvent inspirés par le sérialisme intégral alors en vogue chez les compositeurs d’avant-garde, étaient très éloignées de la techno et de la house. Mais, d’un point de vue technologique, on pourrait aussi dans l’absolu parler de musiques électroniques, à partir du moment où l’on a commencé à utiliser des instruments reposant sur des nouvelles lutheries en appelant à l’électricité. Les premiers essais sont le Télégraphe musical d’Elisha Grey en 1876, le Dynamophone de Thaddeus Cahill en 1905, l’Audion piano de Lee de Forest en 1915 (l’inventeur de la triode, et donc de l’amplification d’un signal sonore), puis le ThereminVox de Léon Theremine en 1920. Dès lors, les nouvelles inventions ne vont cesser d’apparaître dans les années qui suivent, et de nombreuses œuvres de compositeurs vont intégrer ces instruments, et parfois reposer entièrement sur leur utilisation (que l’on pense par exemple à des œuvres d’Olivier Messiaen sur Ondes Martenot, ou à celles de Paul Hindemith et d’Oskar Sala sur Mixturtrautonium). L’utilisation de ces nouvelles lutheries a commencé à se généraliser dans tous les genres musicaux à la fin des années 1960, au moment où elles se sont multipliées et vendues à grande échelle (synthétiseurs Moog, puis Arp, Oberheim etc.). Au-delà des musiques savantes, le rock, le jazz, le funk, la soul et bien d’autres genres les ont alors adoptées sans discontinuer. On parle en effet couramment de “techno rock” dans les années 1970 ou d’“electro-pop” dans les années 1980.
La musique électronique englobe aussi l’utilisation de l’enregistrement, non plus comme support de reproduction sonore, mais comme outil de création musicale. Au-delà du précurseur John Cage, qui a utilisé des platines de tourne-disques dans une œuvre dès 1939, les expériences ont été nombreuses à partir de la fin de la Seconde Guerre mondiale, comme la musique concrète de Pierre Schaeffer en 1948 (rejoint par Pierre Henry en 1949) ou les premiers gestes virtuoses des disc-jockeys jamaïcains à la même période, qui transformeront ce personnage en un véritable acteur musical. Les studios d’enregistrement deviennent des véritables espaces de création à la même période. Finalement, ce que l’on appelle aujourd’hui “musiques électroniques” ne se concentre que sur des musiques apparues autour de 1985, au moment où se sont très largement démocratisées les nouvelles technologies musicales, avec l’apparition du concept de “home studio”, permis par l’utilisation d’une nouvelle norme de communication entre les différents instruments, permettant de les synchroniser (le MIDI), et les premières possibilités de l’informatique musicale. Et encore, on ne parlait pas de “musiques électroniques” mais de musiques “techno” et “house”. Le terme ne s’est imposé qu’en 1995–96 en France, alors que la rave avait très mauvaise presse et qu’il fallait, pour certains organisateurs, donner des lettres de noblesse à ces musiques. Ainsi, en utilisant cette définition générique, on rattachait artificiellement cette electronic dance music à une longue tradition historique. On a vu sortir dans la presse d’énormes raccourcis comme celui qui veut que Pierre Henry soit “le grand-père de la techno”. Le lien réel qui existe entre toutes ces musiques est la technologie, et c’est surtout ce qu’il faut en retenir. Il y a aussi la tendance générale de musiques reposant sur le timbre plus que sur d’autres paramètres. (...)

Pour consulter l’intégralité des échanges avec Guillaume K. sur les musiques électroniques et les free parties :
Agents d’entretiens

Agents d'entretiens
Agents d'entretiens Mai 2011

interview

Qu’est ce qui t’a poussé à vouloir raconter l’histoire des free parties ?

Ça fait longtemps que je suis concerné par le sujet. Lors de mes premières raves et de mes premières free parties, en 1994–1995, j’étais aussi étudiant en musicologie. Un prof (Jean-Marie Jacono) m’a proposé de mener une maîtrise sur le sujet l’année suivante, sous sa direction. J’ai accepté et j’ai endossé dès lors deux casquettes : celle du teuffeur (parce que ce mouvement me parlait vraiment et que j’y sentais des réponses à mes aspirations) et celle du chercheur, et puis bientôt trois, avec celle de musicien (sous le nom de Tournesol, au sein du collectif Öko System). Ça a été le cas pendant de nombreuses années ensuite, et j’ai eu l’occasion d’écrire un certain nombre d’articles sur la question, de 1997 jusqu’à aujourd’hui. Je n’ai donc jamais cessé de m’y intéresser.

C’est mon éditeur, Yves Jolivet (Le Mot et le Reste), avec qui j’avais déjà travaillé en 2009 pour « Musiques électroniques : des avant-gardes aux dance floors », qui m’a lancé sur ce nouveau livre. On a élaboré ensemble le projet. il s’agissait de ne pas écrire un livre universitaire, ni de le saupoudrer d’analyses sociologiques, mais bien de laisser parler des acteurs, non anonymes, sans masque et sans sujet tabou, de leur propre expérience dans le mouvement. Ça fait des années qu’ils ne se montraient pas au grand jour, de par la nature clandestine du mouvement. Aujourd’hui, alors que bien d’entre eux avaient changé de voie, ils se sentaient beaucoup plus de s’exposer ainsi. Le but était aussi de montrer comment ce mouvement avait influencé leur vie, en fonction de ce qu’ils faisaient aujourd’hui (et malgré des parcours très variés).

Comment as tu choisi les intervenants?

Tout cela s’est basé sur la confiance. J’ai longuement expliqué le projet à chacun d’entre eux, je leur ai bien dit ce que je comptais en faire, c’est à dire pas du tout un travail de journaliste, mais un vrai recueil de témoignages sincères, sur des données brutes : ce qu’ils accepteraient de me livrer. Je les remercie vraiment de ce qu’ils m’ont fait passer.

Au départ, j’avais tablé sur une quinzaine de témoins. Je souhaitais un panel varié, à l’image de la free party, sans hiérarchie : des personnages « historiques » comme des anonymes, des musiciens, des membres de sound-systems, connus et plus discrets, des anciens, et des (très) nouveaux, des électrons libres, des cuisiniers etc. Rapidement, le panel est passé à 20, puis à 30, et j’ai dû me faire violence pour m’arrêter à 43 témoins en tout…

Certains me disaient ne pas du tout se sentir « représentatifs » de la chose, mais justement, tout le monde l’est au même titre, c’est bien là l’objet de ce livre, où l’on trouve des membre de la Spiral Tribe, des Heretik, de Sound Conspiracy aux côtés de bergers, de squateurs, de performers…

(...)

Pour consulter l’intégralité de l’interview, rendez-vous sur le site Desperate bloglife
Présentation du livre Free party, sur Desperate bloglife

Desperate bloglife mai 2011

- Non, le mouvement techno n'est pas mort

1995–2005, la ” Techno ” emmène avec elle des centaines de milliers de jeunes en quête de nouvelles sensations danser dans les champs sur du gros son. Aujourd’hui, le mouvement ne fait plus la une de l’actualité, remplacé récemment par le phénomène des apéros Facebook. Qu’en reste-t-il ?
” Le milieu a eu tendance à s’autodétruire. Il y a eu trop de gens d’un seul coup. On était loin du côté punk des débuts. ” A 37 ans, Damien Raclot-Dauliac a raccroché, comme beaucoup des pionniers des free parties. De cette époque, il a tiré un documentaire sans tabous, We had a dream. Mais lui-même le reconnaît : le mouvement est loin d’être éteint.
Petit saut, vingt ans en arrière. Quand les free parties débarquent d’Angleterre, aux alentours de 1993, les flyers annonçant ces têtes clandestines circulent de main en main. Pour s’y rendre, il faut appeler une boîte vocale, qui vous conduit dans des hangars, des usines désaffectées, des clairières… Le mouvement prend de l’ampleur. Guillaume Kosmicki, auteur d’un pavé de 700 pages sur l’histoire des free parties, a vécu les débuts. Il a porté la double casquette de teufeur et de chercheur en musicologie. Comme beaucoup, il s’est investi à l’âge de vingt ans, plein d’utopie.

L’Âge d’or en Bulgarie
Mais à la fin des années 90, un virage s’opère. L’effet de mode gagne du terrain. ” On est passé de quelques centaines à plusieurs milliers ”. Dans son livre, tous les témoins évoquent ce changement : la transformation en ” supermarchés de la drogue ”, la violence, la musique uniquement ” boum boum boum ”, l’invasion massive de teufeurs en blousons kaki, surnommés les ” petits pois ”... Le couperet ne tarde pas à tomber : en 2001, l’amendement Mariani prévoit que tout rassemblement de plus de 500 personnes doit être déclaré en préfecture.
” La loi a entraîné la médiatisation du phénomène et a multiplié le nombre de participants. Entre 2001 et 2005, ils étaient plus de 300 000 ”, rappelle Lionel Pourtau, sociologue. C’est le temps des grands teknivals ” légaux ”, rassemblant plusieurs dizaines de milliers de teufeurs. Les images véhiculées se répètent : pieds dans la gadoue, voisins effrayés, grand renfort de policiers… Ces rassemblements deviennent ingérables. Les zones pour les accueillir de plus en plus rares.
” Aujourd’hui, il n’y a plus ce mouvement massif ”, explique Guillaume Kosmicki. Pour trouver des grands teknivals encore libres, il faut aller dans l’Est. ” C’est l’âge d’or en Bulgarie et en Roumanie. Aucune loi ne les interdit… pour le moment. ”
Mais le mouvement n’a pas pour autant disparu en France. Il se fait plus discret. ” Il a baissé d’un tiers en volume, mais on compte 600 à 700 événements par an ”, précise Lionel Pourtau. Ce sont de petits rassemblements de 100 à 300 personnes ” qui ne préoccupent plus les autorités ni les médias ”. Si les fêtes légales et encadrées se sont imposées, des free parties clandestines continuent d’être organisées. ” On revient un peu comme au départ ”, constate Damien Raclot-Dauliac.

Des fêtes plus petites
Pour les nouvelles générations, le mouvement est loin d’être mort. En Bretagne, région la plus impliquée, avec le Sud-Ouest et l’Ile-de-France, les sound systems se sont rassemblés pour organiser, depuis 2007, des festivals multisons, en accord avec les préfectures. Des fêtes légales, qui ont lieu dans chaque département breton, une fois par an, et rassemblent de 2 000 à 5 000 personnes. ” Il fallait trouver un compromis. Les grands teknivals devenaient ingérables, explique Alexis Raisin, 25 ans, président d’Asso29, qui regroupe les 52 sound systems du Finistère. On évite de faire trop de pub pour ne pas avoir trop de monde. ça marche au bouche à oreille. Chacun donne ce qu’il veut à l’entrée, il y a des décors originaux, la musique est plus variée, plus électro. ”
” On est encore une culture à part, comme au début, poursuit le jeune Finistérien. Pour preuve : on continue d’être géré par le ministère de l’Intérieur, pas par celui de la Culture !”

Marion Ablain
OUEST FRANCE 22 avril 2011

- Une histoire, des histoires

S’il vous arrive d’avoir des difficultés à trouver le sommeil après un after trop chargé je ne serais trop vous conseiller la lecture de ce passionnant ouvrage. Guillaume Kosmicki qui est musicologue de son état nous propose un livre de témoignages sur l’aventure des free partys en France.Tout y passe, des mythiques début avec les « Spiral Tribe » en passant par l’explosion du mouvement à l’aube des années 2000.
Les grands crews français sont passé en revu et les témoignages de ces acteurs nous apportent un éclairage plutôt intéressant. Tous ont un regard objectif sur la montée en puissance puis le déclin du mouvement. Sont mis en avant l’aventure collective, le voyage, les rencontres, les nouvelles façons de faire la fête et bien évidemment la drogue. Ceux qui ont kiffé ce style de soirée dévoreront le livre avec une petite larme à l’oeil, les curieux auront une idée assez précise de ce qui s’est passé dans nos forêts ces 15 dernières années et les connards resteront des connards et c’est très bien ainsi.

En complément vous pouvez regarder l’excellent documentaire sur le Heretik sound system baptisé ” We Had a Dream ”.

ajout de ShitWalker

Et avant de lire le bouquin vous pouvez aussi regarder le documentaire « World Traveller Adventures » 4 docus suivants les aventures humanitaires des posse/soundsystem Tomahawk, I.O.T et Teknokrates vers l’Afrique, des Desert Storm vers la Bosnie, du Sound Conspiracy vers Goa, et un docu sur l’histoire des pionniers Spiral Tribe. Très bonne intro avant de s’attaquer au pavé car vous retrouverez certains acteurs dans les 2 supports. On vous a mis les vidéos à la suite du billet, on est cool.

Pour repasser au livre, j’insisterai sur l’objectivité et la franchise de ces témoignages. On y retrouve les fameux Spiral Tribe, Kanyar, Tomahawk, Heretiks, DFaze, les Galettes Bretonnes et bien d’autres ainsi qu’une chronologie complète des tekos et évènements marquants l’histoire du mouvement. Un vrai condensé qui vous permettra, peut-être, d’enfin différencier le traveller et sa recherche d’un mode de vie autonome, et le teufeur, qui vient faire la fête en panoplie et qui n’a pas toujours aidé le mouvement. La traduction du mot free n’ayant pas la même signification pour tout le monde. Bouquin recommandé.

Sur le site, des vidéos en ligne : Oh Gosh

Hub ShitWalker & Sherlock
Oh Gosh Avril 2011

- Electron, toujours plus libre

FESTIVAL
Genève vibre pour la culture électronique sous toutes ses formes durant quatre jours. Rencontre avec le trio organisateur et entretien avec Guillaume Kosmicki, musicologue vétéran des ” free parties ” techno.

Visionner le clip promotionnel d’Electron, c’est prendre la mesure d’un événement qui, sans les déserter, déborde largement les pistes de danse pour s’élancer dans toutes les directions, des plus ludiques aux plus pointues. Comment résumer un festival qui condense en un week-end de Pâques pas moins de 120 propositions internationales – musique, danse, cinéma, conférences et ateliers confondus ?(...)
Ce cru 2011, qui devrait attirer entre 15 000 et 20 000 personnes, illustre le mélange d’audace critique, de candeur festive et d’éfficacité logistique de l’association Headfun : issue de la très alternatives Usine, elle pilote un événement qui se hisse désormais au rang des manifestations phares de la culture numérique aux côtés des Nuits sonores de Lyon, de la Transmediale de Berlin et de Sonar à Barcelone. (...)
Avec son budget d’1,5 millions de francs, le festival commence à peser lourd dans le paysage. (...) De quoi voir l’avenir sereinement en développant l’approche pluridisciplinaire, favorisée par la complémentarité entre Jérôme Soudan, lui-même plasticien et compositeur issu de la musique électro-industrielle et André Joye, plus orienté dancefloor. (...)
Réhabiliter l’esprit critique en débattant avec le musicologue Guillaume Kosmicki des free parties des années 1990, héritières des rassemblements de l’époque hippie, et du skateboard en tant qu’appropriation créative de l’espace urbain; découvrir la nouvelle lutherie électronique avec les experts Alain Crevoisier et Atau Tanaka,; décloisonner électronique, rock, danse contemporaine et vidéo : autant d’enjeux qu’Electron brasse avec une vigueur éclairée.
(...)

LE ” BEAT ” ET L’UTOPIE (propos recueillis par Benoît Perrier)
Skateurs, teufeurs, même combat? Dans le cadre du Festival Electron, le musicologue Guillaume Kosmicki débat samedi avec des acteurs genevois de la culture et du skate des «espaces libres comme lieu de manifestation», une problématique commune au skate et à la techno underground. Le premier se joue du mobilier urbain, exploitant rampes et marches d’escalier comme surfaces ou tremplins à figures. Quant à la seconde, elle a connu toutes sortes de détournements d’endroits, de la halle industrielle transformée en club à la piscine Molitor investie par le collectif Heretik et 2000 danseurs en 2001, en passant par nombre de fêtes sauvages dans les villes, à leur périphérie ou à la campagne. Un mouvement né à la fois d’une volonté d’indépendance des acteurs et d’une idéologie du partage, et rendu possible par la portabilité nouvelle d’une musique qui ne nécessite que deux platines vinyle, un mixeur et de grosses baffles pour transformer n’importe quel espace en zone d’évolution festive. En la matière, Guillaume Kosmicki a une expérience de première main puisqu’il a fréquenté pendant plus de quinze ans le milieu français des free parties – ces raves souvent en extérieur organisées plus ou moins en catimini dès la fin des années 1980. Il en a tiré un livre, recueil de témoignages qui détaille l’idéologie de cette scène dont l’éthique – anticonsumérisme, anonymat et do it yourself– a profondément marqué la musique électronique. Joint par téléphone, il ne renie en rien les idéaux qu’il a connus. Si son analyse
n’en donne pas un portrait en négatif, elle explore les demi-teintes qui colorent les cultures électroniques.
La techno est-elle une musique urbaine?
Guillaume Kosmicki: A la base, oui. Elle naît dans un contexte urbain, joue sur son aspect mécanique et emploie la régularité implacable des sons industriels. Mais
de nombreux sound systems (groupe de musiciens possédant leur propre équipement de sonorisation, ndlr) se montent avec des gens qui ne viennent pas de la ville; on voit aussi de plus en plus cette musique dans des villages perdus, notamment parce qu’il est plus facile d’y être discret.
Quel est le lien entre ces déplacements de lieux et le son qu’on y diffuse?
– Le fait que la free party est une culture du squat se voit jusque dans sa musique. Celle-ci est faite à partir d’échantillons sonores, des samples, remettant en cause la
notion de propriété intellectuelle. Ce dernier point trouve un écho flagrant dans l’utilisation festive, parfois clandestine, d’espaces dont ce n’est pas la destination
première.
Quelle est l’importance de la transe dans ces activités musicales?
– Elle est évidente. Cette musique de l’hédonisme – dans ses structures même, sa longueur, son flux ininterrompu – est construite pour la transe, ainsi que les dispositifs dans lesquels elle est mise en place.
Malgré le relatif déclin de cette pratique,cela fait plus de vingt ans que des sound systems sillonnent l’Europe en organisant des fêtes techno spontanées.
Ont-ils inventé un mode de vie?
– Oui, il y a quelque chose de tout à fait particulier dans l’existence de ces nomades. Ils ont des manières de faire propres, des rites, des croyances, des valeurs. Ce phénomène est aussi remarquable dans la dimension de la vie communautaire, de la hiérarchie ou de son absence. Tout le monde s’investit et met tout en commun, l’argent notamment, pour le même but, le même principe.
Et là,le vétéran des free parties que vous êtes participe à un festival gigantesque et payant…
– Certes, je me retrouve beaucoup plus dans une fête à l’extérieur, sans entrée ni sortie, avec des tarifs tirés vers le bas qui sont des tarifs d’échange, de do-
nation, de troc. Mais je suis conscient que des choses tout à fait spectaculaires ne peuvent pas être présentées sous ces auspices-là. J’aime voir un spectacle et des
artistes dans une mise en place qui ne pourrait pas se faire en do it yourself. De la même manière, j’aime écouter des concerts de musique classique où, à l’op-
posé d’une fête free où tout le monde est acteur, le spectateur se doit au silence et à la concentration.
L’équipe qui pilote Electron est issue du milieu alternatif. Un phénomène courant: ces personnes aiment ce qu’elles ont longtemps fait de manière underground et ne
veulent pas arrêter. Si elles ont acquis dans leurs pratiques précédentes des moyens et des connaissances qui leur permettent de
continuer à une autre échelle, tant mieux.

Pour consulter l’intégralité de l’article : Le Courrier

Rodéric Mounir et Benoît Perrier
Le Courrier 21 avril 2011

- Free Party

C’est le deuxième livre de Guillaume Kosmicki sorti chez Le Mot et le Reste, et il traite d’un sujet proche du précédent. Le format, cependant, est différent. Après nous avoir retracé toute l’histoire des musiques électroniques, après avoir voulu être exhaustif, l’auteur s’est intéressé plus en détail à l’une de ses manifestations les plus notables, la free party.

Free Party est le deuxième livre de Guillaume Kosmicki chez Le Mot et le Reste, et sa thématique est proche du précédent. Le format, cependant, est tout à fait différent. Après nous avoir présenté l’histoire des musiques électroniques en un très large panorama, l’auteur a pris sa loupe et s’est intéressé plus en détail à l’une de ses manifestations les plus notables et les plus spectaculaires, la free party. Aussi, dépassant sa démarche de musicologue, il s’intéresse à tous les aspects de ce mouvement, sociaux, légaux, politiques, esthétiques, il se penche sur le vécu de ses principaux acteurs (oui, les vrais acteurs, et non les simples consommateurs), bien plus que sur leur musique.

Surtout, plutôt que d’adopter le ton neutre de l’universitaire, Kosmicki conjugue ce nouvel ouvrage à la première personne, en en faisant le très long recueil (600 pages !) d’interviews d’activistes de la mouvance des free parties, de témoignages discrètement introduits par quelques éclairages, et accompagnés d’un lexique, d’une chronologie, d’une bibliographie et même d’un CD audio. De fait, respectueux des parcours individuels, conscient de la grande diversité qui a caractérisé les gens qui ont fait vivre les free parties en France et ailleurs, Kosmicki semble avoir renoncé à tirer de leurs dires des enseignements généraux, il n’a pas voulu les trahir, il s’est voulu simple témoin.

Il y a toutefois une logique dans l’agencement de tous ces propos. Ceux-ci sont regroupés en chapitres, lesquels traitent de tel ou tel thème, de tel ou tel sound system, de tel ou tel Teknival particulièrement marquant. Et le tout est disposé dans un ordre chronologique, racontant ainsi une sorte d’histoire en plusieurs épisodes : d’abord l’élément déclencheur qu’a été l’arrivée en France de Spiral Tribe ; ensuite, les pionniers, l’underground, les premiers sound systems ; puis le succès et l’exposition médiatique, entrainant l’irruption des politiques dans le champ autrefois préservé des free parties ; surviennent alors les déceptions, les réactions désabusées et la nostalgie de ceux qui ont été à l’origine du mouvement ; avant que n’arrive la relève, la nouvelle génération, puis d’autres pistes à explorer, comme les multisons, ou ces grandes expéditions en dehors de l’Europe.

Et ce grand récit à plusieurs voix se laisse lire. Car même si, comme votre serviteur, on ne s’est intéressé que de très loin à toutes ces fêtes et tous ces teknivals qui ont fait bouger la France, l’Europe, le Monde, dans les quinze ou vingt dernières années, il est difficile de ne pas être intrigué par les expériences peu banales vécues par tous les gens que Kosmicki laisse s’exprimer. Ici ou là, on se passionne pour leurs galères (ces ennuis mécaniques, ces déboires avec les flics, les aléas de la précarité, ces maladies chopées en Afrique), comme pour leurs anecdotes savoureuses (ce curé en soutane haranguant les teufeurs au milieu d’une fête, ce teknival dans les steppes avec des cavaliers, des Hell’s Angels et des lutteurs mongols au beau milieu du dancefloor…). Bref, si nous avons tous d’inoubliables souvenirs de guerre, quand bien même nous avons préféré les fêtes de village aux free parties, ceux-là se montrent quand même particulièrement truculents.

Et puis, même si l’auteur s’interdit de le faire, rien ne prive le lecteur de tirer ses propres enseignements de ce qu’ont été les free parties au temps de leur splendeur. On peut le faire, par exemple, avec la grille de lecture que Simon Reynolds appliquait à la rave music et à ses suites, dans son fondamental Energy Flash. Le célèbre critique anglais y disait que tout était parti de l’ecstasy, que cette drogue, même si on pouvait parfaitement apprécier les musiques électroniques sans la consommer, avait été l’élément déclencheur, qu’elle avait lancé un mouvement qui prendrait successivement des formes très distinctes, à mesure qu’il conquérait d’autres pays, d’autres classes sociales, d’autres communautés… et que d’autres psychotropes venaient se mêler à tous cela.

En lisant Free Party, on situe mieux à quel moment de l’histoire de la techno, de la house et de leurs cousines, ces fêtes libres et champêtres ont pu surgir. Les interlocuteurs de Kosmicki le disent bien, ou tout du moins une bonne partie d’entre eux : ils n’ont pas été des pionniers des musiques électroniques. Il y eut d’abord l’univers des branchés et des clubs, premiers à s’intéresser aux musiques des boites gay et black américaines. Ensuite, est venue la masse, avec le phénomène des raves sédentaires. Ceux qui allaient devenir travellers et balader leurs sound systems sur les routes n’y étaient pas encore impliqués. A l’occasion, avant d’être à la tête de cette troisième vague, ils regardaient même cela avec hostilité et défiance, ils étaient plutôt branchés punk, ou rock alternatif, voire hip-hop.

Les free parties, dans leur version française au moins, c’est la rencontre entre une certaine marginalité, celle des squats et des saltimbanques, avec le mouvement rave. Ses acteurs, c’était ceux qui avaient été autrefois des hippies tardifs, puis des punks tardifs, en retard mais plus impliqués. Ce n’était plus l’univers des branchés et des danseurs bariolés, mais de la tekno qui tape fort et des gens piercés et habillés en kaki. Ce n’était plus des hédonistes apolitiques, mais des hommes et des femmes engagés dans la gauche alternative, dans l’écologie, ou simplement des asociaux. Ce n’était plus le domaine du seul ecstasy, c’était aussi celui de la LSD, la drogue psychédélique par excellence, ou de la kétamine. C’était tout ça, plus la musique électronique, et plus le nomadisme.

Bien sûr, toutes ces généralités n’excluent pas les exceptions. De nombreux contre-exemples abondent, les acteurs du mouvement étant souvent les premiers à combattre les automatismes, les caricatures et les orthodoxies qui menaçaient leur mouvement. Les parcours, Kosmicki le rappellerait encore, sont individuels. Comme l’indique le sous-titre de Free Party, il n’y a pas qu’une histoire, mais des histoires, qui se croisent ou divergent en permanence, et qui gagnent à être connues, quand bien même on n’a jamais vu en tous ces gens qu’une bande de hippies crasseux new age arrivés après la pluie dans le grand bain des musiques électroniques. Car ce que Free Party raconte, au-delà des teknivals, des sound systems et de tout ce folklore, c’est aussi la grandeur, les décadences et les métamorphoses que connaît fatalement tout mouvement musical d’importance.

Fake for real

codotusylv
Fake for real 11 février 2011

- Free party

La forme de l’ouvrage ne pouvait mieux coller au sujet : des dizaines d’entretiens éclatés et réagencés en une somme de plus de 700 pages (en comptant les annexes ; le livre est également accompagné d’un cd de 14 titres). Trois grandes parties structurent tout de même chronologiquement l’ensemble : “la découverte”, “franchir le pas”, “et après…”. Un travail de synthèse plus conventionnel aurait sans doute permis plus de concision et de clarté, mais le résultat aurait forcément été partial, moins riche. Ici c’est l’énergie brute des entretiens qui est préservée. FREE PARTY, ce sont des parcours personnels qui se rejoignent lors de rassemblements aux rythmes des sound systems dans le but de kiffer la vibe, de s’abandonner à la transe avec ou sans adjonction de substances psychotropes. L’impression de vivre collectivement quelque chose d’extrêmement fort est relaté à de nombreuses reprises, tout comme l’impression de vivre une utopie transperçant le réel.

On croise et recroise tel ou tel participant et peu à peu se dessine l’histoire touffue de la free party, de l’emblématique équipe anglaise de Spiral Tribe, qui organisa ses premières fêtes en France en 1993, aux activistes de Teknokrates, OQP, Sound Conspiracy, Alliés-Nés, et bien d’autres. On se familiarise, au sens propre, avec eux à travers leurs témoignages apportant des angles de vue contrastés sur les free parties et teknivals (Beauvais, Millau, Tarnos, Vitry-le-François, Courcelles…). L’engouement pour cette culture alternative est tel qu’à la fin des années quatre-vingt dix ce ne sont plus seulement quelques dizaines ou centaines de personnes qui se rassemblent mais souvent des milliers. Alors même qu’au sein des organisateurs les motivations ont pu évoluer, alors que le son des free parties se fait plus hardcore, les politiques s’en mêlent pour “mettre de l’ordre”. Cela débouche sur l’adoption de la Loi sur la Sécurité Quotidienne et son fameux amendement Mariani en octobre 2001, qui marque la fin d’une époque.

La loi n’est pas seule responsable des désillusions. Il y a aussi le business de la drogue aux accents mafieux, la défonce sans conscience, le manque d’ouverture musicale… Les témoignages sont particulièrement francs et directs sur ces aspects. Et puis le mouvement continue tout de même. Pour quelques-uns ce sont de nouveaux départs, des voyages aux États-Unis, en Amérique du Sud, en Afrique, en Europe de l’Est, la Mongolie… Ce sont aussi de nouvelles manières de vivre l’alternative qui se dessinent, notamment en rejoignant des squats autogérés et créatifs.

Guillaume Kosmicki nous avait livré un excellent Musiques électroniques, retraçant l’histoire de ces musiques, et offrait donc une approche plus “théorique”. FREE PARTY en est en quelque sorte le pendant pratique. Il permet une violente plongée dans le réel, dans des vies portées par la musique et donc, ce n’est pas un paradoxe, très sincèrement ancrées dans le monde contemporain.

Néosphères

Eric Deshayes
Néosphères Février 2011

- Essai en février : travellers, raves et free parties

Un musicien free universitaire…
On a découvert Guillaume Kosmicki avec la sortie d’un des meilleurs ouvrages écrits sur la musique électronique (et en passionné, on peut dire qu’on en a lu un paquet…) : Musiques électroniques, des avant-gardes au dancefloor. Il tentait d’y définir les musiques électroniques à partir de la naissance de l’enregistrement et du changement d’esthétique basée non plus sur la hauteur des notes mais sur le timbre, sur la matière sonore. On avait apprécié que dans cet ouvrage, musiques populaires et musiques dites « savantes » aient une place identique. Le musicologue parlait aussi bien de Ligeti, de Fluxus, de musique électro-acoustique, de musique répétitive, que de krautrock, de house ou de techno… On avait apprécié cette grande ouverture d’esprit à toutes les musiques ainsi que l’approche historique et universitaire qui reste à chaque chapitre parfaitement accessible.

Musicologue, conférencier et universitaire, Guillaume Kosmicki est aussi musicien. Membre du collectif öko system, groupe punk/electronique marseillais, il a également participé de près à la scène des free parties et des teknivals. Il continue d’ailleurs de se produire sous le nom de Tournesol dans des événements alternatifs, des free parties ou des squats, dans un registre moins hardtek/hardcore qu’à ses débuts mais plus techno acid et dancefloor. On a lu qu’il avait fait ses études de 2ème et 3ème cycle en courant « les raves, les free parties et les teknivals équipé d’un appareil photo, d’un carnet de notes et d’un magnétophone pour recueillir des témoignages » … On a donc été que peu étonné en voyant le titre de son nouvel ouvrage, paru lui aussi chez Le Mot et le Reste, éditeur, qui comme Allia, propose désormais une collection impressionnante d’ouvrages musicaux de qualité.

La free party appréhendée à travers les témoignages
Free Party, une histoire, des histoires. Et c’est d’abord la première chose qui frappe à la lecture de ce livre. S’il est synthétique car il regroupe une multitude de témoignages en un même ouvrage, ce livre ne cherche pas à synthétiser, à circonscrire l’histoire du mouvement des free parties dans une seule voix. Guillaume Kosmicki a en effet choisi de présenter son livre sous forme d’une quarantaine de témoignages d’acteurs de ce mouvement. Dans le registre rock, on pense à Please Kill Me qui donnait à lire les différentes voix du punk new yorkais. On pense aussi dans un registre plus sociologique aux ouvrages de Studs Terkel, écrivain américain rassemblant des témoignages divers et nombreux sur le concept de race ou sur la Grande Dépression. Studs Terkel voulait écrire une « histoire orale » de la Grande Dépression. On pourrait dire que l’ouvrage de Guillaume Kosmicki souhaite délivrer une « histoire orale de la free party » .

Free party mur
Guillaume Kosmicki y donne la parole à des acteurs très divers : des membres de la Spiral Tribe, le mythique collectif anglais, d’autres des sound-systems français OKP, Teknocrates, les Galettes Bretonnes, Tomahawk ou Heretik, d’autres de Penguins Records, du label Kanyar, les fondateurs du webzine Defcore, celui de CRS (Cirkus Road System) – collectif de performances artistiques -, de Full Vibes, de Facom Unit, l’instigateur de la radio l’Eko des Garrigues, des travellers ou teufeurs plus anonymes, pour n’en citer que quelques uns. On reconstruit donc progressivement ce qui s’est passé à travers ces témoignages, parfois concordants, parfois opposés.

Ces témoignages recueillis, Guillaume Kosmicki a ensuite décidé de les découper, de les réorganiser autour de thèmes, évènements, histoires d’un sound-system particulier : le teknival de Millau, le label Kanyar, les premières expériences de rave, le collectif des teknocrates, le chill out, la scission rave/free party, les drogues, la musique jouée… etc. Chaque sous-chapitre est ainsi raconté par diverses voix qui défendent parfois des avis différents. La partie sur les raves vs free parties donne ainsi à entendre la voix de la Tribu des Pingouins à l’origine d’une des plus grosses raves (entendez payante) du sud de la France, Borealis, celles des teufeurs qui passent des free (entendez sur donation) aux raves sans distinction, d’autres qui pestent quand le public de ravers débarque dans les free… Et la force du livre est de ne pas hiérarchiser ces différents témoignages mais de leur laisser à tous une place équivalente « à l’image de l’utopie de la free party » ainsi que le suggère la quatrième de couverture.

NO SACEM INSIDE
Free par NeSs’tahLe livre se découpe en trois parties distinctes : La découverte, Franchir le pas, Et après…, mais est aussi complété par une chronologie détaillée qui permet de remettre tout ce qu’on a lu dans l’ordre et de replacer les faits marquants (prémisses, développements du mouvement, les teknivals qui ont fait date, la création de certains sound-systems, ou les « décisions politiques et législatives ayant des conséquences sur l’évolution du mouvement » ). Suivent aussi une bibliographie, une « webographie » , plusieurs photos couleurs de différents teknivals, sound systems, etc. On notera aussi l’utilité du glossaire pour qui n’est pas forcément familier de la différence entre sound-system (système de sonorisation mobile complet, véhicule qui le transporte et personnes qui s’en servent), teknival ( « Free party géante de plusieurs jours regroupant plusieurs sound-systems à l’invitation de l’un deux ») ou free party ( « fête techno clandestine et sur donation (…) libre sur les conditions d’accès »)…

Et comme l’histoire des free est aussi une histoire musicale, Guillaume Kosmicki a choisi de glisser un disque à la fin de son ouvrage afin de donner un aperçu sonore des différents musiciens, des divers styles et des différentes époques de la free party. On notera que le disque, en accord avec les principes des acteurs de la free party, ne contient que des morceaux non déclarés à la SACEM.

Des histoires individuelles
Les trois parties de l’ouvrage permettent de recentrer les propos autour de grandes lignes directrices. La découverte retrace pour chacun des acteurs cette rencontre émotionnelle souvent puissante avec la tekno et la free party. On y sourit en lisant ces parcours divers qui ne se ressemblent pas : de Marko qui découvre le son acid une nuit sur France Culture à Benji qui vient de la mouvance rock’n roll et qui voit impuissant ses amis un à un « tomber dans la techno », de CCil et son « déclic » pendant le nouvel an 94 à Berlin avec les Spiral Tribe à Josy d’origine antillaise qui suit un pote lui ayant affirmé « Il y a deux mille blancs qui dansent dans un entrepôt » et qui ne peut en croire ses oreilles… Une des réussites de ce chapitre, c’est que sont juxtaposés les témoignages de différentes époques : les paroles des teufeurs « première génération » sont mélangées avec les récits d’une découverte de la tekno par de nouveaux adeptes plus d’une décennie plus tard. On y retrouve pourtant beaucoup de points communs. Pour autant, tous ne viennent pas pour les mêmes raisons, tous ne partagent pas les mêmes valeurs, mais qu’importe, car comme le rappelle l’un des témoignages : « free », ça ne veut pas dire « gratis » mais « libre » . La variété des aspirations des acteurs de cette contre-culture l’illustre constamment.

Free
Dans la deuxième partie du livre, Franchir le pas, Guillaume Kosmicki rassemble les témoignages de ceux qui s’engagent le plus souvent corps et âmes dans l’aventure. Autrefois simples teufeurs, ces individus deviennent à leur tour acteurs des free parties. La tekno les a amenés à ce basculement « plus ou moins rapide et plus ou moins radical » . Certains restent sédentaires, mais la plupart prennent la route et deviennent des travellers ou plus exactement des « tekno travellers ». Ils sillonnent l’Europe et parfois le monde entier pour organiser des free un peu partout. Certains « appartiennent » à un sound-system, d’autres évoluent en « électrons libres » . Certains ont déjà des enfants qu’ils emmènent avec eux. D’aucuns vivent en communautés nomades, d’autres dans des squats. Tous ont cependant choisi une vie sans confort et loin des valeurs du consumérisme.

habiter-le-nomadisme-exemple-habitat-mobile-travellers-mouvement-techno3Dans la dernière partie du livre, Et après, on retrouve nos travellers, ravers et free parteux à un moment différent de leurs existences : désillusion pour certains, mais surtout activisme encore pour la plupart d’entre eux. Même si les actions ont souvent changé. D’aucuns montent des sound-systems sédentaires, d’autres quittent l’Europe et partent avec leurs camions sur d’autres continents, d’autres encore s’inscrivent dans un mouvement plus général de squat artistique (voir l’excellent chapitre sur « La Villa » rennaise et L‘élaboratoire). Les Rennais y découvriront aussi le parcours d’un disquaire aux oreilles sans angle mort, ou celui de sound-systems bretons nés après « la loi » (2001, l’amendement Mariani impose aux organisateurs des free parties une déclaration préalable en préfecture sous peine de saisie de matériel) mais qui existent et alternent fêtes légales et illégales.

Pourtant, note Guillaume Kosmicky, « si diverses soient-elles, bien des voies choisies par les acteurs de la free au sortir de cette période de leur vie sont pour eux une suite logique de leur investissement et (…) ils y retrouvent les valeurs auxquelles ils ont adhéré » . On suit ces voies et ces parcours avec un intérêt grandissant au fil des pages, heureux d’appréhender cette réalité par des voix multiples, différentes, qui donnent toute son épaisseur à ce mouvement complexe.

Alors, la free party, une histoire ? Non, résolument, des histoires.
alter1fo.com

Isa
Alter1fo 10 février 2011

- Soirée "Free Party"
En trois mois, les free parties sont devenues LE marronnier de Let’s Motiv. Mais que voulez-vous, c’est une question d’actualité : après avoir évoqué We Had A Dream, émouvant documentaire de Damien Raclot-Dauliac au sujet des Heretik, le sound system qui a cramé la capitale, puis signalé la parution de l’ouvrage passionnant de Guillaume Kosmicki (Free Party : Une Histoire, des Histoires), on ne peut passer sous silence la soirée organisée à l’Hybride le 18 février. Entre deux mixes assurés par Dfazé (LE sound system nordiste évoqué dans le bouquin), les auteurs présentent leurs œuvres et répondent à vos questions. Nous, on en a déjà deux sous le coude : pourquoi Kosmicki a-t-il passé sous silence la scène breakcore et un crew comme Peace Off ? Et plus prosaïquement : c’est où l’after ?

18.02, 19h : warm up Dfaze, 20h30 : We Had A Dream, 21h30 : table ronde avec G. Kosmicki, Dyna, D. Raclot-Dauliac, 22h30 : DJ set.
Lille, L’Hybride, 4 euros. +33 320 88 24 66
Thibaut Allemand
Let's Motiv Février 2011

- Free Party

Dernière révolution musicale à ce jour, la techno ne s’est pas cantonnée aux pistes de danse, mais a aussi exploré les territoires inconnus d’une nouvelle manière de faire la fête, celle de la « free party ». Apparue en Angleterre, à la toute fin des années 80, cette contre-culture prône l’expérience ultime de la fête, sans fin et sans limites géographiques ni temporelles. Une rupture totale avec des concerts de rock courts, prévisibles et ennuyeux. Publié aux éditions marseillaises « Le mot et le reste », le livre d’entretiens « Free Party » nous fait revivre la passionnante histoire des « free » à travers la multitude de petites histoires individuelles qui la composent. Des pionniers anglais du sound-system Spiral Tribe aux jeunes Bretons d’Epsylonn, sans oublier les Heretik franciliens, les principaux acteurs du mouvement racontent leur parcours, entre utopie des débuts et désillusions des années 2000. Musicien sous le nom de Tournesol dans le milieu des « free parties », l’auteur, le musicologue Guillaume Kosmicki, n’élude pas les témoignages qui fâchent (drogue, répression et récupération commerciale), mais retranscrit toute la richesse d’un mouvement qui ne se limite pas à une simple alternative aux discothèques. Il est aussi un autre mode de vie, qui a expérimenté avant l’heure la décroissance, l’autogestion énergétique et la liberté de la « TAZ », cette zone autonome temporaire imaginée par le philosophe Hakim Bey.
www.nouvelle-vague.com

Marc di Rosa
Nouvelle Vague Février 2011

- Partysan

[...]

… robuste ouvrage dans lequel dans lequel Guillaume Kosmicki agrège les témoignages de nombreux activistes d’un mouvement à la fois hédoniste (Vive la fête…) et anticapitaliste (...libre et gratuite). Dans le vrillant sillage des Spiral Tribe – séminal sound-system anglais qui répandit cette nouvelle fièvre en Europe continentale (et au-delà) – et autres aventuriers de l’extase en rythme(s), toute une utopique épopée revit sous nos yeux, d’immenses espérances en cruelles désillusions.

J. P.
Mouvement Jan-Fev-Mars 2011

- Soirée de lancement, table ronde et musique

Cette émission de Canal B a été diffusée à plusieurs reprises durant le mois de décembre. Elle présente notamment des extraits de la table ronde qui s’est tenue le 27 novembre au Jardin moderne à Rennes, en ouverture de la nuit festive organisée pour le lancement de l’ouvrage. Cette discussion d’un peu plus d’une heure a été animée par Gaël Cordon, responsable du Centre de Ressource du Jardin Moderne, et a rassemblé Jeff 23 (Spiral Tribe), Minh-Thu (Kanyar), PY (Mandragore), Mat (Epsylonn), et Guillaume Kosmicki, l’auteur du livre. Ces témoins, par la particularité de leurs approches, ont offert un condensé de la diversité des quarante témoignages qui forment le livre. Voici l’enregistrement de cette table ronde dans sa quasi-intégralité, réalisé par Erwan, de Canal B (seuls les échanges avec le public, à la fin, ont été un peu écourtés):

- intégrale Canal B

- format court (15’) Canal B

- les photos de la soirée : 18–55.org

Erwan
Canal B nov-déc 2010

- Free Party

Quelques semaines après la parution d’un DvD retraçant la folle épopée du Sound System Heretik, cette somme définitive revient sur vingt ans de rave, de la naissance des Spiral Tribe à la diaspora électronique (France, Italie, République Tchèque…). La grande force du musicologue (et DJ) Guillaume Kosmicki réside dans le refus de l’histoire froide et monolithique : la parole est donnée aux acteurs de la fête. Sporadiquement, l’auteur de Musiques électroniques : Des avant-gardes aux dance floors (2009) recontextualise ces souvenirs empreints de nostalgie. Certes, les free parties, dernier mouvement underground de grande ampleur (oxymore ?) du siècle dernier sont enterrées. L’esprit originel, lui, pourrait bien renaître sous d’autres formes. Espérons.

Letsmotiv

Thibaut Allemand
Letsmotiv (nord) Novembre 2010

- Free Party
Canal B
Canal B / Émission Wake Up Call Novembre 2010

- Free Party

Vient également de sortir le passionnant livre de Guillaume Kosmicki
Free party, une histoire, des histoires, constitué d’une quarantaine de témoignages très variés de ceux qui ont vécu l’âge d’or du mouvement.

Midi libre.com

Yanick Philipponat
midi libre.com Novembre 2010

- Free Party
l’émission
Entretien
Château merdique - Radio Canal B (Rennes) Novembre 2010

- Free Party

Entretien avec Guillaume Kosmicki:

Radio Campus
L’émission

Entretien / Dominique Jeuvrey
Radio Campus Novembre 2010

- Free Party
culture.france2.fr
Laure Narlian
Site culture.france2.fr Novembre 2010

- Le livre du mois
Ils s’appellent Tomahawk, Heretik, UFO, Spiral Tribe, Psychopat, Defcore, Kanyar. Des noms barbares pour les uns, des tribus mythiques pour les autres. Des collectifs, des sound systems, la somme de trajectoires singulières qui s’entrecroisent depuis vingt ans, pour écrire un large chapitre de la contre culture: celui des free parties. Ayant vécu le mouvement de l’intérieur, Guillaume Kosmicki met en perspective, dans Free party, une histoire, des histoires, une quarantaine de témoignages, deux générations d’électrons libres qui racontent leurs tribulations tribales. Autant de récits qui jalonnent la grande histoire des free, au fil des Teknivals (Millau 1994, Tarnos 1995, Vitry 1996… jusqu’à la génération 2.0). Alors que beaucoup pensent que la fête s’est achevée avec les années 90, des collectifs comme Epsylon témoignent aujourd’hui d’une nouvelle vivacité. Des anciens, des nouveaux, des figures historiques, des anonymes, des utopistes, des résistants, des activistes… En confrontant ces parcours complémentaires, Kosmicki remet cette scène de l’ombre en pleine lumière, en montrant sans masque ce que les free ont amené aux gens, comment elles ont parfois orienté leur vie, façonné leur être et boosté leurs élans.
Stéphanie Lopez
Tsugi Octobre 2010

- Des vies en Free Parties

Musicologue et enseignant, spécialiste du phénomène des raves et des free party, Guillaume Kosmicki est l’auteur de Free Party, une histoire, des histoires.
Un ouvrage de témoignages rares et sincères d’acteurs majeurs du mouvement.

Trax: Comment est née l’idée de ce livre?
Guillaume Kosmiki: je travaille sur le sujet depuis Iongtemps. De 1995 à 2000, j’ai suivi des études supérieures de musicologie pendant lesquelles j’ai étudié les phénomènes de transe dans les raves, leur signification musicale ce que veulent nous dire ces musiques sur notre monde, sur notre environnement. En parallèle. j’ai couru les raves, les free parties et les teknivals équipé d’un appareil photo, d’un carnet de notes et d’un magnétophone pour recueillir des témoignages, J’y ai fait aussi des lives sous le nom de Tournesol, En 2009, j’ai publie le livre Musiques électroniques: Des avant gardes aux dance floors, aux éditions Le Mot et le Reste. Un ouvrage didactique sur l’histoire des musiques électroniques. Connaissant mon parcours, mon éditeur m’a lancé sur le projet d’un ouvrage sur le mouvement free party.

Trax: Comment cet ouvrage est-il structuré?
GK: Nous avons décidé d’aborder le mouvement free party sous un angle très personnel, à savoir celui de témoignages. Donc, depuis un an, je parcours la France pour interviewer les témoins, suivre leurs parcours de vie, avec des joies et des déceptions. Je me suis intéressé en particulier à la vie dans les sound-systems et à des notions comme le “Do It Yourself”, le nomadisme, l’esprit du voyage, J’ai suivi la manière dont les acteurs du mouvement ont évolué jusqu’à aujourd’hui. En tout, le livre réunit 40 témoins qui retracent 20 ans d’histoire du mouvement free party. Il y a des personnages « historiques», de nombreux sound-systems comme 69db, Jeff et Debbie (Spiral Tribe), Mark (Teknokrates), Josy et Vincent (FullVibes), Ber et Zrtol (Metek), Ben (Heretik)…

Pour compléter ce panel, j’ai réalisé des interviews d’autres activistes du mouvement: Marko (radio Éko des Garrigues, label Kanyar), Ziggy (bookeuse), Gino (Cirkus Road System), Benji (sculpteur sur metal), Foo (musicien live, ancien traveller), DFI0 et Gonzo (du site Internet Défcore), Olive (musicien, organisateur).

Trax: Comment le mouvement rave s’est-il transformé en mouvement free party?
GK: Au départ et jusqu’en 1995/1996, le mouvement rave était uni. Il y avait des fêtes clandestines depuis le début des années 1990, avec tous les styles de musiques électroniques, du hardcore au dub, en passant par la house et la techno… Et puis, il y a eu une scission entre d’un côté, une partie des organisateurs qui ont cherché la voie de la professionnalisation et de l’autre une radicalisation du mouvement rave à cause de la répression féroce par les pouvoirs publics.
1996, c’est d’ailleurs la création de Technopol, suite à l’annulation de la rave Polaris à Lyon. Du coup, une partie du mouvement rave et le public avec, glisse vers la free party, illégale avec une musique la plupart du temps hard core, hard tek, transcore. j’ai interviewé William et Stéphane de Pinguins Records à Montpellier. Leur témoignage montre bien la scission entre des soirées officielles, comme les Boréalis qu’ils organisaient, et des free parties, Fuck Borealis, qui avaient lieu en même temps.

Trax : Quelle a été la meilleure période du mouvement free party?
GK: Dans cette histoire d’une vingtaine d’années, chacun a vécu sa période d’euphorie. Chacun a son parcours, ses souvenirs de bons moments. Aujourd’hui, de nombreux sound-systems perpétuent l’esprit du mouvement avec envie, énergie et générosité, avec un goût nouveau pour la création artistique (décors, lumières) et en s’ouvrant à tous les styles électroniques. Mais de mon point de vue, le mouvement free party s’est beaucoup essoufflé au cours des années 2000 pour plusieurs raisons. Il y a eu la médiatisation, alors qu’au départ le mouvement était clandestin. Du coup, c’est devenu un phénomène de masse. La qualité des soirées a baissé aussi : moins d’esprit, moins d’ambiance, une musique plus uniforme, voire carrément rigide, monolithique. Certains musiciens se sont détachés du don de soi, de leur musique, et ont recherché la notoriété, Et puis, l’arrivée de nouvelles drogues a changé la fête, les drogues psychédéliques (LSD, MDMA) ont été remplacées par la cocaïne, la kétamine.
Globalement, l’utopie prônée par le mouvement a changé avec les années.

Trax :A-t-il été facile de traiter le sujet de la drogue avec vos interlocuteurs?
GK: Le livre se veut le plus franc possible, au plus proche du vécu, et le sujet de la drogue est traité complètement. Dans le livre, on sent des émotions, des instants qui touchent au sublime, et des moments glauques aussi.

Trax : L’histoire du mouvement free party est peu connue, et paraît enfouie dans une mémoire pourtant proche…
GK Le livre m’a demandé un grand travail de recherche. Principalement parce que les sound systems n’ont pas de mémoire collective: ils ne tenaient pas de blog,n’avaient pas de sites Internet. Mais aujourd’hui, ce travail est justement facilité par Internet. Tout un pan d’histoire ressurgit grâce à des sites qui collectent les souvenirs, les flyers, les photos. Il y a aussi les mémoires de chacun des participants, et tout le challenge du livre a été de raviver cette mémoire, de croiser les souvenirs avec des dates, des lieux, des fêtes. Évidemment, j’ai aussi vécu le mouvement free party de l’intérieur, comme universitaire et comme teuffeur, et j’ai gardé de nombreux documents, des flyers que j’avais datés et classés. J’ai aussi été chroniqueur de free parties sur te site Internet Kanyar à partir de 1998, toujours sous le pseudonyme de Tournesol. Du côté des médias traditionnels, il y a peu d’archives, ils ont peu ou pas traité ce sujet, ou principalement sous l’angle sensationnaliste, en rubrique faits divers, et pas d’un point de vue culturel ou social.

Trax: Le livre est accompagné de documents inédits…
GK: il comprend un cahier photos en couleurs de 32 pages, de nombreux clichés noir et blanc et aussi pas mal de flyers. Mais il est également accompagné d’un CD de 14 titres, avec des sound-systems connus (Metek, Ubik, Dfaze) et des artistes amateurs. Tous sont hors Sacem car à l’époque, le refus des taxes et des règles établies avait un sens.

Trax: Quel enseignement principal tirez-vous de l’ensemble des témoignages recueillis?
GK: Toutes les personnes que j’ai interviewées ont retenu des éléments positifs de leur passage dans un sound-system ou dans le mouvement free party. Que ce soit un esprit de débrouille, de “Do It Yourself”, ou une entraide entre les personnes. Cela a forgé leur personnalité. Dans une appréciation plus générale, je dirais que la free party est une nouvelle forme de fête qui s’est mise en place il y a une vingtaine d’années. Ce n’est ni un bal sur une place de village, ni un concert, c’est une nouvelle forme festive qui s’est inscrite durablement dans la paysage social et culturel,

Entretien O. Pernot/G. Kosmicki
Trax Septembre 2010
Réalisation : William Dodé - www.flibuste.net - Mentions légales