Parution : 17/11/2016
ISBN : 9782360542338
264 pages (14,8 x 21 cm)

Black Sabbath

Children Of The Grave

Il est un fait que le heavy metal se réclame de la paternité sabbathienne, notamment par le biais de l’album Paranoid. Les termes avec lesquels les quatre hommes sont décrits vis-à-vis de ce courant versent systématiquement dans les superlatifs. Ils sont les « parrains du heavy metal » ou même, selon Dave Navarro de Rolling Stone, les « Beatles du heavy metal ».
Groupe britannique fondé en 1968, Black Sabbath a changé l’histoire du rock. Leur deuxième album Paranoid est considéré comme une des pierres angulaires du heavy metal et demeure à ce jour un album culte. Issus du milieu prolétaire de Birmingham, Ozzy Osbourne, Tony Iommi, Geezer Butler et Bill Ward ont redessiné le visage du heavy rock, compensant des qualités techniques limitées par une approche stylistique radicale, tournant le dos au blues pour engendrer une musique lugubre portée par des thématiques sombres. Dans cet ouvrage, Nicolas Merrien revient sur les quarante-sept années de carrière de cette formation réputée sulfureuse qui, outre le metal, a influencé le grunge et le stoner. Il analyse la genèse et la discographie du groupe d’origine puis brosse la trajectoire d’un projet qui, gangrené par la drogue et au gré d’incessants changements d’effectif, a terni sa propre image, avant d’opérer un retour en grâce au cours des dix dernières années avec un album encensé et une tournée internationale.

Lire un extrait

Revue de presse

- Lu en février Silence Is Sexy février 2017
Nicolas Merrien a écrit une super bio de Black Sabbath, nous l’avons interviewé Hank anotherwhiskyformisterbukowski.com 4 février 2017
- Ne cherchez plus : Black Sabbath - Children of The Grave de Nicolas Merrien est la bio du Sab qu’il vous faut Le fan de Metal 24 janvier 2017

- Lu en février

Parmi la scène rock des années 70, Black Sabbath peut se targuer d’être à la fois un de ses mastodontes mais également le précurseur d’un nouveau style musical plus sombre, plus lourd et plus épais que tous les autres groupes de l’époque. À travers ce livre, l’auteur Nicolas Merrien retrace l’histoire du « Sab » : de sa création dans la banlieue oppressante de Birmingham jusqu’au succès planétaire, de ses nombreux égarements à sa récente résurrection. S’il faut bien avouer qu’à partir de 1975 Black Sabbath, gangrené par les drogues et le succès, ne vaut plus grand chose, il est toujours passionnant de se pencher sur la genèse des premiers albums encore fascinants en 2017. La création presque accidentelle de ce son pesant, l’écriture sur des thématiques lugubres nous replonge dans un univers qui en inspirera tant d’autres par la suite. Chaque album est disséqué par l’auteur tant d’un point de vue musical que contextuel. Les fans inconditionnels (et indulgents) trouveront également de quoi satisfaire leur curiosité concernant la période la moins intéressante à savoir celle des années 80/90 où les crises d’ego, les changements incessants de formation, la cocaïne et la folie pure réduit le Sab à un simple nom suivi d’une étiquette : heavy metal. C’est d’ailleurs à ce sujet que l’auteur nous livre en prologue une excellente analyse digne d’une thèse universitaire : si Black Sabbath s’est peu à peu laissé enfermer par ses fans et la critique dans cette imagerie « heavy metal », il transcende le genre à bien des égards…

Retrouvez l’article sur Silence Is Sexy

Silence Is Sexy février 2017

Nicolas Merrien a écrit une super bio de Black Sabbath, nous l’avons interviewé

Nicolas Merrien est rock critic pour le webzine AlbumRock. En septembre dernier, il a publié Black Sabbath – Children of The grave chez Le mot et le reste. Une biographie analytique de la carrière musicale du Sab qui pourrait bien faire référence. A l’occasion de l’ultime concert de Black Sabbath, ce 4 février, à Birmingham, nous vous proposons une interview exclusive de Nicolas Merrien sur son livre et bien sûr, sur Black Sabbath.

Hank : Qu’est-ce qui t’as conduit à écrire une biographie consacrée à BLACK SABBATH ?
Nicolas Merrien : C’est tout un cheminement. Cela a commencé en 2013 quand on a décidé de faire un dossier sur BLACK SABBATH sur AlbumRock. On a écrit le dossier à plusieurs, et j’ai pris la responsabilité d’écrire l’article généraliste qui expliquait le groupe, l’évolution etc. On en est resté là ensuite et puis, à la rédaction d’AlbumRock, on a un rédacteur qui s’appelle Steven Jezo-Vannier qui a écrit plusieurs livres pour Le Mot Et Le Reste, notamment récemment un livre sur CREEDANCE CLEARWATER REVIVAL. Il m’a mis en contact avec l’éditeur car ce dernier cherchait un auteur pour faire un livre sur BLACK SABBATH. Il recherchait un non métalleux pour avoir une approche Classic Rock. On a été mis en contact comme ça et moi n’ayant jamais écrit de livre spécifiquement sur un groupe de Rock, je me suis dit que c’était l’occasion ou jamais et j’ai accepté avec plaisir puisque j’aime bien le groupe.
Hank: Quelle latitude t’as laissé l’éditeur sur la construction du livre ?
Nicolas : Il voulait s’éloigner du fan service. Le livre devait se consacrer uniquement à la musique, l’évolution du groupe, les personnalités. J’ai commencé à écrire le livre sans avoir une vision d’ensemble de ce que je voulais faire. Finalement, j’en suis arrivé à quelque chose d’assez synthétique.
Hank: Si tu avais eu 100 pages de plus, tu en aurais fait quoi ?
Nicolas : J’aurais pu m’attarder sur les live, les différentes prestations, quelles ont été les scènes plus réussies, moins réussies. Inclure d’autres anecdotes et détailler plus les discographies solo des différents membres.
Hank : Quelles ont été tes sources ?
Nicolas : Je n’ai pas rencontré de personnes extérieures. J’ai essayé de rester le plus factuel possible. Mon matériau de base a été les biographies de chacun des membres. Après j’ai lu deux ou trois bouquins transversaux ainsi que divers articles sur le web. J’ai essayé aussi de bien m’imprégner de l’ambiance de chaque période en visionnant les vidéos Youtube des concerts, certains clips quand il y en avait pour essayer de revoir un peu l’ambiance.

Hank : La colonne vertébrale de Black Sabbath – Children Of The Grave, c’est l’analyse track by track de la discographie, comment as-tu procédé ?
Nicolas : J’ai tout réécouté du début à la fin et j’ai essayé d’avoir un regard neuf. Ce que me reprochait l’éditeur dans mes premiers jets c’est d’être un peu trop subjectif ou enflammé ou au contraire négatif. Il m’a incité à prendre du recul sur la musique, de me mettre dans la position de quelqu’un qui ne connaîtrait pas ce groupe pour avoir un ressenti un peu neutre.
Hank : Tu attaches beaucoup d’importance à la construction musicale des chansons, pourquoi ?
Nicolas : J’aime bien analyser la musique. j’ai étudié un peu le solfège, les gammes de couleur, les rythmiques, les modes majeurs et mineurs, les intervalles d’accord. J’essaye de me baser là-dessus pour avoir quelque chose d’assez précis et rajouter un peu de sentiments ou de ressenti extérieur aussi.
Hank : Globalement, est-ce que c’est une musique qui vieillit bien ou qui est un peu datée ?
Nicolas : Je trouve que toute la période 70 a plutôt bien vieilli. Ce qui faisait l’intérêt de SABBATH à l’époque, c’était le parti pris sonore assez inédit. En matière de songwriting, c’est quelque chose qui est assez fédérateur, qui s’écoutait bien et qui s’écoute toujours bien. Toute la partie des années 80, c’est plus compliqué, notamment les trois albums écrits avec Tony Martin. Ils sont vraiment très datés, très typés années 80, plutôt difficile à écouter maintenant. Les deux disques que je pensais vraiment ne pas apprécier du tout sont Cross Purposes et Forbidden, enregistrés avec Tony Martin dans les années 90. Ils ne sont pas parfaits, loin de là mais qui ont été complètement enfoncés par les critiques, et probablement en partie à tort. Il y a des choses qui ressortent quand même.

[...]

Retrouvez l’intégralité de l’interview ici

Hank
anotherwhiskyformisterbukowski.com 4 février 2017

- Ne cherchez plus : Black Sabbath - Children of The Grave de Nicolas Merrien est la bio du Sab qu’il vous faut

BLACK SABBATH. Voici un groupe sur lequel beaucoup de choses ont déjà été dites, tant par les membres fondateurs, trois sur quatre ayant écrit et publié leurs mémoires, que par des biographes extérieurs. Pourtant, pour tout curieux ou fan, il reste dans la carrière du gang qui a inventé le Metal, des zones d’ombres et des non dits. D’une part parce que les protagonistes manquent parfois de lucidité ou d’honnêteté quand ils abordent certains épisodes de leur carrière (en général les moins glorieux) mais également parce que les biographes n’ont encore éclairé ces épisodes d’un jour nouveau.
La renommée dont a bénéficié le groupe durant les dernières années de sa très longue carrière ne doit pas faire oublier que le Sab a eu des hauts (très hauts) mais aussi des bas (très bas). Nombre de formations se réclament du son de BLACK SABBATH, mais elles font référence aux six premiers albums d’un groupe qui en a publié trois fois plus. Et si certaines galettes apparaissent aujourd’hui comme totalement has been, chacune porte en elle au moins un petit peu de ce qui fait que BLACK SABBATH est BLACK SABBATH.
Nicolas Merrien n’est pas un Metalleux. Rédacteur en chef d’AlbumRock, un webzine consacré au Rock, c’est justement sa distanciation par rapport à la scène Metal qui donne à son ouvrage une saveur particulière, l’auteur se permettant des analyses inédites de l’histoire du groupe, de son influence sur le Metal et en retour, de sa dévolution paradoxale à sa fanbase à partir du début des années 80, le Sab étant devenu, d’après Nicolas Merrien, prisonnier de l’imaginaire qu’il a contribué à développer.
L’auteur choisit délibérément de s’intéresser à la musique en laissant de côté l’aspect paillettes / cancans, déjà amplement développé dans les autobiographies de Tony Iommi (Iron Man) et Ozzy Osbourne (I am Ozzy). Pour arriver à ses fins, l’auteur a lu à peu près tout ce qui a été écrit sur BLACK SABBATH, visionné des concerts, des interviews, des témoignages. Il a ensuite chaussé son casque audio et méticuleusement réécouté toute la discographie. Le résultat est un ouvrage d’une remarquable concision qui balaye la carrière des brummies de sa genèse à l’aube des années 70 à son épilogue, l’ultime EP, The End et la tournée éponyme censée mettre un point final à la carrière active de l’un des groupes les plus influents du Metal.
Dans une introduction rien moins que brillante, Nicolas Merrien explique que le rattachement de BLACK SABBATH au Heavy Metal a été à la fois une bénédiction et une malédiction pour le quatuor. Une bénédiction car le groupe jouit dans le milieu Metal d’une aura messianique. Il est cité comme référence par des centaines de formations et sa musique, considérée comme la pierre angulaire du Metal, est toujours écoutée aujourd’hui. Une malédiction car en s’appropriant le Sab, le Metal a quasiment interdit aux autres sous-courants du Rock de revendiquer des influences sabbathiennes. Mais aussi car la formation de Tony Iommi s’est vite retrouvée empêtrée dans les exigences des fans de Metal qui attendaient du gang qu’il réitère encore et encore les sonorités développées sur ses six premiers disques. Dès que le groupe a essayé de s’en éloigner, c’est à dire entre Sabotage et Never Say Die, les fans se sont mis à les bouder. L’histoire du projet durant les trois décennies sans Ozzy est une longue suite de déconvenues et de frustrations, le gang renonçant à suivre une voie expérimentale, décide plutôt de se conformer jusqu’à l’excès dans ce que le public attend d’un groupe Metal.
Cette démonstration est ensuite développée en suivant une classique trame chronologique reposant principalement sur l’analyse détaillée de chacun des disques publiés par le groupe (y compris les live albums et compilations sorties chez NEMS sans l’accord du Sab). L’ouvrage évoque également (quoique marginalement) la carrière parallèle de Ozzy Osbourne et les projets solo de Bill Ward et Geezer Buttler.
L’auteur ose également des critiques discordantes par rapport au consensus général des fans, notamment sur les albums enregistrés avec Dio ou sur la poussive période avec Tony Martin. Des disques vilipendés par tous comme Dehumanizer, Tyr ou Forbidden trouvent grâce à ses oreilles, tandis qu’il juge plus durement que la plupart des critiques les premiers disques enregistrés avec Dio ainsi que le controversé Born Again.
On pourra reprocher le caractère un rien répétitif et parfois complaisant de la trame, l’énumération du classement de chaque album dans les charts britanniques et américains et un luxe de détails dans l’analyse piste par piste des disques. Pour autant, Black Sabbath – Children Of The Grave est, à ce jour, la biographie de BLACK SABBATH la plus digeste et la mieux écrite en français qui ait été publiée.

Le fan de Metal
24 janvier 2017
Réalisation : William Dodé - www.flibuste.net - Mentions légales