Parution : 21/06/2018
ISBN : 9782360545230
336 pages (148x210)

23.00 €

Commander

Arcade fire

La bande-son du Montréal arty et bouillonnant des années deux mille.
En septembre 2004, le groupe montréalais Arcade Fire sort son premier album Funeral sur le label Merge. La presse va s’emparer de cet ovni et tout va s’emballer. Ce qui n’était qu’un collectif à la marge deviendra le premier groupe signé label indépendant à obtenir un Grammy Award. Porté par les deux frères Butler et la multi)instrumentiste Régine Chassagne, Arcade Fire synthétise le renouveau d’une scène indie-rock que médias et artistes (David Bowie et David Byrne les ont rejoints sur scène dès leur première tournée) exultent à mettre en avant. Savant mélange entre exigence indie, orchestrations, grandiloquentes, songwriting folk et usage à contre-emploi d’instruments (accordéon, vielle à roue, etc), leur musique est intrinsèquement liée à celle de l’excitant creuset musical que fut Montréal au début des années deux mille. Matthieu Davette raconte dans ces pages l’évolution musicale d’une formation dont l’histoire s’écrit encore.

Revue de presse

- MATTHIEU DAVETTE Arcade fire Patrick Beguinel LITZIC 27 juin 2018

- MATTHIEU DAVETTE Arcade fire

Aujourd’hui, tout le monde, ou presque, a déjà entendu un morceau d’*Arcade Fire*, même si certaines personnes ignorent de qui il s’agit exactement. Qu’il s’agisse d’habillage sonore de certaines émissions, d’un air entendu ici ou là, le groupe laisse une trace visible sur son passage. En quinze ans, le groupe s’est forgé une réputation d’excellence scénique et discographique qui en fait l’un des groupes les plus importants au monde. Matthieu Davette revient sur ce parcours atypique à travers le livre Arcade Fire (aux Éditions Le mot et le reste).

En chiffres, Arcade Fire c’est un EP, 5 albums, 25 singles et des millions d’album vendus. La production est prolifique, d’autant plus qu’elle chevauche le plus souvent de gigantesques tournées mondiales. Pourtant, la qualité est présente à chaque nouveau disque, combien même le groupe s’engage sur des chemins totalement différents d’un album à l’autre. Mais revenons au début de l’histoire.

Arcade Fire, c’est avant tout la rencontre d’un couple, celui formé par Win Butler et Régine Chassagne. Lui est Américain, elle Canadienne d’origine Haïtienne. Lorsqu’ils se rencontrent, Win essaye déjà depuis quelque temps de monter un groupe de rock, mais elle sera l’élément déterminant dans cette fondation. Au début des années 2000, Montréal est sans conteste un (le?) lieu privilégiant la création musicale. La scène est florissante, notamment articulée autour du label constellation. Les influences diverses nourrissent le groupe qui, lors de concerts à l’énergie dévastatrice, commence à se faire un nom et à attirer de nombreux musiciens.

Le groupe se monte peu à peu, acquérant rapidement une réputation de performer hors norme. En parallèle, le groupe écrit ses premières chansons, qui regroupées entre elles formeront le disque qui les a fait connaître, à savoir le magnifique et incontournable Funeral. Accompagné par le label Merge, à qui ils resteront fidèles pendant quatre albums, les ventes décollent. Dix mille exemplaires de ce premier album seront vendus en une semaine.

S’ensuit une première tournée, épuisante, mettant les membres du groupe, dont Win, dans le rouge physiquement tant leurs concerts sont une pure débauche d’énergie. Mais déjà le groupe embraye sur le deuxième album, Neon Bible. Les ventes sont au rendez-vous, la tournée qui suit grossit. Et ainsi de suite avec The Suburds, Reflektor et (mais avec moins de recul possible à la vue de sa parution relativement récente) Everything Now.

Pourtant, le groupe ose se réinventer, prendre des risques et surtout acquérir une indépendance sans cesse grandissante. Cela n’est pas au goût de tout le monde, mais Win Butler a une idée fixe, celle de faire ce qu’il veut comme il veut. L’indépendance comme mantra, le groupe poursuit son chemin, innovant à tout point de vue, qu’il s’agisse simplement de musique (avec des techniques d’enregistrement souvent live), d’artwork (leur univers visuel est très marqué, des pochettes d’album aux affiches annonçant leurs concerts) ou de promotion.

Ce bouquin est absolument passionnant. Pourquoi ? D’une part, Matthieu Davette a fait un véritable travail de recherche. Tous les faits sont exposés, relatés, avec justesse. Le côté passionné de l’auteur joue pour lui, car nous sentons une sorte de fascination de celui-ci envers le groupe, sans que cela ne sombre dans l’obséquiosité. Bon point donc. Son écriture est fine, rythmée, ne sonne pas trop journalistique (comprendre que le côté littéraire de l’objet est bien présent).

D’autre part parce que loin d’être un amoncellement de référence, le bouquin est vivant, dynamique, à l’image du groupe en quelque sorte. De nombreuses anecdotes le jalonnent, rendant les membres du groupe palpables, accessibles, humains, ne les mettant pas sur un piédestal ou ne les rendant pas quasi divins. Matthieu Davette relate également les secrets de fabrication des disques, de façon légère, ce qui plaira aux techniciens (mais les frustrant peut-être un peu), mais également aux simples passionnés du groupe, novice en matière de technique de production, qui apprendront à connaître un peu plus la recette du succès des Arcade Fire.

Nous apprécions également le fait que soit mis en avant tout le côté généreux du groupe, notamment pour l’association Partners in health qui aide les populations à Haïti. Le groupe, en plus d’être inventif, que ce soit d’un point de vue marketing et d’un point de vue purement musical, se donne pour des causes qui lui semblent justes. Si le succès fait tourner la tête de certain, Arcade Fire reste les pieds rivés au sol, ses membres étant loin de ressembler à des robots emplis de vanité.

Cette humanité transpire dans toutes les pages du bouquin qui est donc à conseiller à tous les amoureux du groupe, mais également à ceux qui ne le connaissent que de façon superficielle. Cette biographie nous rappelle qu’avoir des valeurs forte permet d’avancer sur un chemin artistique riche, ce que semble avoir oublié une partie de la scène musicale actuelle. Un groupe innovant, une vision artistique et humaine. Que demander de plus ?

Retrouvez cette chronique livre sur le site LITZIC en cliquant ici

Patrick Beguinel
LITZIC 27 juin 2018
Réalisation : William Dodé - www.flibuste.net - Mentions légales