Parution : 16/11/2017
ISBN : 9782360544554
256 pages (14,8 X 21 cm)

Alan Stivell

Un livre au cœur d’une aventure musicale unique… Une tranche de vie fondamentale.
Philippe Krümm, Trad magazine

Alan Stivell est à l’origine d’une formidable modernisation de la musique bretonne (et celtique) qu’il a su ouvrir sur le folk, le rock, l’électro, et les musiques trad du monde entier. Chanteur, compositeur, multi-instrumentiste exigeant, concepteur de harpes, défenseur infatigable de la poésie, de la culture et de la langue bretonnes, il a su à la fois s’enraciner et s’ouvrir sur l’universel. Son succès, qui a initié dans les années soixante-dix une véritable « vague », est devenu planétaire et a suscité de nombreuses vocations de nouveaux musiciens et même de luthiers. Avant et avec d’autres, il a contribué à valoriser la Bretagne et a donné envie à beaucoup de (re)découvrir son histoire et sa culture. De nombreuses anecdotes émaillent ce travail qui a bénéficié de précieuses informations communiquées par Alan Stivell et par les témoins de son parcours, privé comme professionnel, tout au long de sa rédaction.

Lire un extrait

Revue de presse

- Alan Stivell Bretons Hors-Série printemps 2018
- Alan Stivell par Laurent Bourdelas Jean-Guilaume Lanuque Big Bang Février 2018
- Alan Stivell par Laurent Bourdelas Maiwenn Raynaudon-Kerzerho BRETONS Février 2018
- Tout Alan Stivell Le Populaire du Centre 26 décembre 2017
- Interview Laurent Bourdelas Annaïck Demars France 3 Limousin 2 janvier 2018
- Interview de Laurent Bourdelas Véronique Henry France Bleu Limousin // Les Spécialistes 19 décembre 2017
- Interview de Laurent Bourdelas - Ils sont fous ces bretons Axel Perret France Bleu Breizh 8 décembre 2017
- Alan Stivell, la biographie de Laurent Bourdelas Hervé Devallan Bretagne Actuelle 27 novembre 2017
- Fan d’Alan Stivell, il devient son biographe Léa Duperrin Ouest-France 25 août 2017

- Alan Stivell
Écrite par un professeur d’histoire limougeaud, fan d’Alan Stivell, cette biographie retrace l’itinéraire de ce Breton de Paris, tombé amoureux de la harpe fabriquée par son père, qui va révolutionner la musique bretonne, entraînant avec lui le revival de tout un pays.
Bretons Hors-Série printemps 2018

- Alan Stivell par Laurent Bourdelas

Laurent Bourdelas, qui avait déjà, en 2012, livré une première biographie d’Alan Stivell aux éditions _Le
Télégramme (curieusement jamais évoquée, même en bibliographie), l’a retravaillée afin de proposer un aperçu très descriptif, mais factuellement très complet, de la carrière de ce Breton internationaliste. Il faut dire que le biographe a étroitement collaboré avec l’artiste, en totale opposition à la démarche d’un Philippe Gonin pour Magma. A défaut d’une vraie rétrospective que Big Bang publiera peut-être un jour (trois chroniques furent toutefois proposées entre 1995 et 2002, dans nos n°12, 26 et 49), voilà une excellente porte d’entrée afin de découvrir la discographie d’un artiste pleinement inscrit dans l’esprit des musiques progressives.
Après un rappel sur les efforts de renaissance culturelle et musicale déployés tout au long du XXe siècle, le récit se centre sur les Cochevelou, le véritable patronyme d’Alan Stivell (par sa mère, ses origines plongent vers l’empire russe). C’est son père, en effet, qui fabriqua la harpe celtique que son fils, né en 1944, allait rendre si célèbre. Sa carrière débute dès la fin des années 1950, entre spectacles et enregistrements studio dans un registre de musique traditionnelle. Très vite se distingue son goût du métissage, lui qui écoute également du jazz et du rock (les premiers King Crimson semblent l’avoir particulièrement marqué), et son projet visant à moderniser l’utilisation de la harpe. Il est en particulier très influencé par la démarche du folk américain, et manifeste également un engagement politique appuyé (en faveur de l’autonomie bretonne, mais également du socialisme et du tiers-monde). Son pseudonyme de Stivell – source jaillissante – apparaît en 1966, et à partir de son album Reflets (1970), la harpe se mêle à la guitare et à l’orgue électriques.
Avec le concert de l’Olympia en 1972, c’est le début d’un large succès populaire, et d’une vague portant le renouveau de l’identité bretonne. Dans le groupe qui l’accompagne sur scène, on trouve d’ailleurs Gabriel Yacoub, futur fondateur de Malicorne, et Dan Ar Braz, lui aussi promis à une belle carrière. Les expériences suivantes d’Alan Stivell confirmeront cette transversalité, que ce soit l’incorporation du mellotron dans sa musique (l’album Chemins De Terre, 1973), l’allongement de certains titres (un quart d’heure pour un poème mis en musique sur Trema ‘n lnis, 1976) ou le Live à Dublin (1975, véritable modèle de fusion entre tradition et électricité). Il est à noter également que certains des musiciens avec lesquels il collabora sont issus, à des degrés divers, du courant zeuhl : le guitariste Marc Perru, ancien des Cruciferius, groupe pré Magma de Christian Vander, Klaus Basquiz, Jannick Top et Claude Engel sur le disque Terre Des Vivants (1981). Mais dans son entourage, on trouve également, durant les années 1970 des musiciens de Soft Machine ou de Gryphon. Enfin, il convient de signaler sa proximité avec Kate Bush, qui en plus d’apprécier sa musique, l’invita sur son album de 1989 The Sensual World.
L’apogée de ses recherches progressives, c’est la Symphonie Celtique de 1980, précurseur parmi d’autres de la world music, et qui contient certains des plus beaux thèmes instrumentaux de l’artiste. Autre sommet, une dizaine d’années plus tard, The Mist Of Avalon, adaptation plus prog-pop des romans arthuriens de Marion Zimmer Bradley, Les Brumes d’Avalon (où Kate Bush aurait dû chanter sur un titre). Jamais l’artiste n’abandonnera cette volonté de recherche et de renouvellement, s’ouvrant tantôt à l’Afrique (I Douar en 1998), tantôt à l’électro (Explore en 2006) ou au Japon (AMzer en 2014, qui se permet également des expérimentations audacieuses sur les sons).
Ainsi qu’il le déclare récemment, «Comme depuis le début, je montre avec cet album comment on peut à la fois rester fidèle à ses racines et aller très loin au-delà ; le but n’est pas de demeurer proche du modèle traditionnel, mais d’aller le plus loin possible ; le but du créateur, c’est de créer.» (p. 224). Seul regret pour ce livre précieux car couvrant toute la carrière et la discographie d’Alan Stivell, l’oubli, dans l’ensemble des groupes récents pratiquant le même genre d’ouverture celtique, de Seven Reizh ou de Brieg Guerveno…

Jean-Guilaume Lanuque
Big Bang Février 2018

- Alan Stivell par Laurent Bourdelas

Entretien avec l’auteur Laurent Bourdelas
« Alan Stivell est à l’origine du revival des cultures minoritaires en France »
PROFESSEUR D’HISTOIRE, LAURENT BOURDELAS VIENT DE SIGNER UNE BIOGRAPHIE D’ALAN STIVELL. HABITANT POURTANT LOIN DE LA BRETAGNE, À LIMOGES, IL S’EST PASSIONNÉ POUR LE MUSICIEN ET CHANTEUR QUI A JOUÉ UN RÔLE DÉTERMINANT, DANS LES ANNÉES 1970, DANS LA RÉAPPROPRIATION DE LA FIERTÉ BRETONNE

BRETONS : Pourquoi un Limougeaud comme vous s’est passionné pour Alan Stivell ?
LAURENT BOURDELAS : Mes parents aimaient aller en vacances en Bretagne. En 1972, je me souviens très bien du moment, on se promène à Saint-Goustan et j’entends Tri martolod à la radio. Je trouve ça – et mes parents aussi – super ! À Noël, mes parents m’offrent le vinyle du concert à l’Olympia. J’ai 10 ans. J’ai un coup de foudre pour cette musique. À partir de ce moment-là, je deviens un fan de Stivell. Je vais avoir tous ses disques. En 1976, je vois pour la première fois Alan Stivell sur scène, au Festival Interceltique. J’ai trouvé ça génial. Je me suis d’abord intéressé à la musique, à la culture, à la poésie et à la littérature bretonnes – Per-Jakez Hélias, Xavier Grall… – et c’est ce qui m’a conduit par ailleurs à m’intéresser à la culture occitane et limousine ensuite. C’est paradoxal, mais c’est comme ça que ça s’est passé.
Comment est né ce livre ?
En 2010, j’ai constaté qu’il n’y avait pas grand-chose de sérieux écrit sur Alan Stivell. Moi, j’ai une formation d’historien et je voulais envisager les choses comme ça. J’ai pris contact avec lui, en lui disant que je voulais écrire une biographie à son sujet. Il m’a répondu de façon très froide : Je vous préviens, on a écrit beaucoup de choses pas très justes sur moi, je n’ai pas beaucoup de temps, je suis toujours en train de travailler, je vais avoir des difficultés à vous aider. J’ai décidé de commencer à travailler quand même. J’ai retrouvé aux archives nationales, à Paris, tout le dossier de naturalisation de son grand-père maternel. Sa mère vient de ce qui était l’Empire russe à l’époque, d’Ukraine. Je lui ai envoyé. Il ne l’avait jamais vu. À partir de ce moment-là, il m’a fait confiance, il m’a beaucoup aidé, il m’a ouvert la porte. J’ai beaucoup travaillé du côté des archives de presse, des maisons de disque. Lui m’a donné énormément d’informations, il s’est rendu très disponible. On s’est rencontrés à plusieurs reprises et on est devenus amis. Pour le petit garçon fan depuis ses 10 ans… C’était fabuleux !
Alan Stivell grandit dans le milieu breton de Paris…
Exactement. Il s’est passé un peu la même chose avec le mouvement occitan : les gens qui sont expatriés à Paris sont animés d’une espèce de nostalgie du pays d’origine. Il y a des associations actives, on réinvente la culture et la musique bretonnes à Paris. C’est ce que va faire le père de Stivell, qui est nostalgique de la Bretagne, et qui, après beaucoup de recherches, le soir à la maison, va réinventer ce qu’il pense être la harpe celtique des origines. Alan voit ça et il est complètement émerveillé. On l’avait obligé à faire du piano, mais il détestait ça. Son père destinait plutôt son instrument à son épouse, mais c’est Stivell qui va s’en emparer. Parfois, il travaille jusqu’à deux ou trois heures par jour, jusqu’à s’en faire saigner les doigts. C’est un coup de foudre total.
Sa mère est d’une famille juive franco-russe. Il n’en parle pourtant pas. C’est l’identité bretonne qui a pris toute la place ?
Il y a plusieurs choses. D’abord sa mère elle-même n’en parlait pas. Elle s’est complètement rattachée à la Bretagne par son mari. Elle l’a encouragé dans toutes ses entreprises. Pour Alan, c’est la partie bretonne qui l’a emporté. Et jusqu’à ce que je lui donne le dossier de naturalisation très précis, il y a beaucoup de choses qu’il ne savait pas sur ses origines et sur l’itinéraire de sa famille. Ce côté un peu flou dans les origines maternelles, il le réinterprète en disant que ça le relie à la world music, au reste du monde.
Il naît en Auvergne, en 1944, mais ce sont les hasards de la guerre…
Ses parents et ses deux frères, Jean et Yves, ont fui durant l’exode. Il naît sur la route de l’exode.
Son père est très Breton, il lit les publications de Taldir Jaffrennou, la Bretagne à Paris
Il est complètement rattaché à ça. Ils ont de la famille à La Trinité et à Gourin, son père a des contacts avec le mouvement druidique, et c’est peut-être ce qui lui donne l’envie de recréer cette harpe.
La harpe celtique avait donc disparu, même en Irlande ?
Elle s’est maintenue un peu en Irlande mais elle a disparu au moment du baroque au profit de la harpe classique. Il restait des documents, des témoignages écrits, des sculptures. Il a essayé de se réapproprier tout ça pour recréer une harpe celtique. Quant à la façon de jouer, il a demandé à une professeure de harpe classique, Denise Mégevand, de donner des cours à Alan, enjouant des airs du répertoire breton. Le père d’Alan est de tradition catholique, il a fait ses études à Vannes et était proche du catholicisme breton.
Dans le milieu breton de Paris, beaucoup d’associations sont aussi proches du catholicisme. C’est le cas des scouts Bleimor, auxquels Stivell va appartenir?
C’est le deuxième moment déterminant pour lui. Dans ce mouvement scout, en réaction à cette époque où on interdisait de parler breton, on demandait à l’inverse aux jeunes de parler la langue. On se réapproprie la culture, il y a une revue à laquelle Stivell participe, on y pratique la musique, la danse. Même à Paris, cela va donner à Stivell l’envie d’apprendre la langue. Dans le métro, quand il rentre chez lui, il suit des cours, il note des mots de vocabulaire. Il va apprendre le breton comme ça. C’est le mouvement Bleimor qui va lui donner cette armature culturelle.
Vous écrivez que c’est presque une identité surjouée. Il s’y jette à fond et il l’explique par le fait qu’il a été déraciné...
Oui. Il est déraciné de plusieurs façons. Géographiquement, par rapport à la Bretagne, donc par rapport à la langue. Il ne se sent pas bien du tout dans l’histoire officielle française, il a des joutes régulières au lycée avec son prof d’histoire. Et il dit qu’il est aussi déraciné sur le plan générationnel, parce que ses parents sont âgés par rapport à lui. C’est une sorte de refuge, mais un refuge qu’il veut moderniser. Pour moi, ce parcours, cet attachement sont quasiment romantiques. Il écrit des poèmes, il idéalise la Bretagne. Ce qui l’énerve, quand il va en vacances en Bretagne, c’est d’entendre la variété française de l’époque, or il aimerait que les Bretons se réapproprient leur propre musique.
Car à l’inverse, parmi les jeunes, il entend le folksong et y trouve des accents celtiques…
Le folk américain reprend du traditionnel mais le modernise. Ce sera son modèle. Il entend l’électrification des guitares, parce que c’est aussi le déferlement du rock. Ce sont les deux biais par lesquels il va moderniser la musique bretonne. L’autre moment important, c’est quand il va rejoindre les Hootenannies au Centre américain de Paris, à Montparnasse. Ce sont des soirées où des gens viennent jouer du folk. Eux jouent de la guitare, lui vient avec sa harpe. Il chante en breton quand eux chantent en anglais. Stivell est extrêmement timide, toujours aujourd’hui. Il ne sait pas s’il se lance, mais il est poussé à le faire et il va tout de suite rencontrer une écoute attentive, les gens vont aimer ça et c’est ce qui va l’encourager à continuer.
Ça lui permet de raccrocher sa musique à un mouvement de mode mondial…
C’est ça qui est génial. Il a l’intuition qu’il faut rendre vivante cette musique en faisant comme les Américains. La musique traditionnelle américaine vient en partie d’Irlande, il fait le parallèle. Au début, il trouve qu’il n’est pas à la hauteur, alors il dit que ce serait bien qu’une jeune chanteuse bretonne fasse cela. Finalement, c’est lui qui y va. Et ça va être le succès.
À cette période-là, il choisit son pseudo…
Il choisit un pseudo d’abord parce qu’il veut séparer sa carrière qui commence et sa vie familiale. Pour lui, Stivell (qui signifie source en breton, ndlr), c’est l’idée de la source, de la régénération.
La date clé est celle du concert de l’Olympia, le 28 février 1972 ?
Juste avant, il avait été invité au Pop Club de José Artur avec les Moody Blues, qui l’avaient trouvé génial et qui l’avaient emmené avec eux en tournée en Angleterre en première partie. Mais 1972, c’est ce premier Olympia mythique. Le concert est retransmis en direct à la radio. Lui fait un pari : Est-ce que ça va marcher auprès des Bretons ? Car il s’adresse aux jeunes Bretons, avec l’idée qu’il faut se réapproprier cette culture et cette fierté. Et en fait, ça va complètement dépasser les frontières bretonnes. Il va devenir un chanteur reconnu, à succès, en France. C’est le tournant. C’est énorme.
Et ce concert a un retentissement national ?
Oui. Et il amorce en même temps le mouvement de revival des cultures minoritaires en France. Il va illustrer ça. C’est aussi un combat pour les langues, un combat politique, écologique. C’est un mouvement important.
Et qui dépasse le champ artistique, qui est politique ?
Oui. Par rapport au mouvement breton, cela va faire ressurgir un mouvement modernisé, dégagé de certaines compromissions pendant la guerre. Il va, avec d’autres, réorienter ce militantisme vers la gauche, vers l’universalisme, l’écologie, le socialisme, au sens de mouvement, pas de parti. Il va accompagner l’UDB, l’Union démocratique bretonne, qui va organiser des concerts de Stivell à travers la Bretagne. Oui, c’est aussi un mouvement politique.

« Il a l’intuition qu’il faut rendre vivante cette musique en faisant comme les Américains. La musique traditionnelle américaine vient en partie d’Irlande, il fait le parallèle. »

Dans votre livre, à plusieurs reprises, il explique avoir fait cela pour la Bretagne, pour faire avancer l’idée bretonne… Plus que pour la musique en elle-même ?
Oui. Je crois qu’au début, c’est d’abord ça. La langue bretonne aussi, il a toujours milité pour elle. La réunification de la Bretagne, évidemment, aussi. C’est un projet politique au sens large, se réapproprier la fierté d’être Breton. C’est un chanteur engagé. Il a une chanson, Délivrance, qui est très emblématique de ça, où il fait aussi du peuple breton le frère des peuples opprimés à travers le monde, y compris les Palestiniens.
Alan Stivell continue à publier des albums, mais quel est son principal héritage ?
Je pense qu’il y en a plusieurs. Sur le plan musical et même culturel, c’est quelqu’un de très important traditionnelle. Il a toujours relié la musique traditionnelle à toutes les innovations musicales, y compris aujourd’hui l’électro. Il y a également la défense de la langue bretonne. Et la harpe. En entendant Stivell, des artistes ont eu la vocation : Cécile Corbel, Loreena McKennitt et d’autres se sont mises à jouer de la harpe parce qu’elles ont entendu Stivell.
Beaucoup de luthiers sont devenus facteurs de harpe, y compris aux États-Unis, parce qu’ils ont entendu Renaissance de la harpe celtique. À Limoges, il y a un concours national de harpe qui est organisé. Et, tous les ans, des partitions de Stivell sont au concours. Le pari de son père de recréer cette harpe et de la faire vivre, son fils l’a gagné.
Est-ce qu’on ne lui doit pas tout simplement le concept de musique celtique ?
Bien sûr. C’est lui qui a le plus popularisé le concept de cette musique celtique. Il l’a fait en liaison avec le Festival Interceltique. Les deux se sont épaulés. Stivell doit au festival et le festival doit à Stivell. Cette identité de musique et de culture celtiques doit beaucoup à Stivell.

Maiwenn Raynaudon-Kerzerho
BRETONS Février 2018

- Tout Alan Stivell
Auteur prolifique et historien avisé, le Limougeaud Laurent Bourdelas a une autre corde à son arc moins connue. Il est l’un des spécialistes, sinon le spécialiste, d’Alan Stivell. Il consacre ici un livre au musicien breton, fer de lance de la musique celte et grand défenseur de la culture et de la langue bretonnes. Un livre sur et avec Alan Stivell qui a repris un poème de Bourdelas sur son album Amzer. Aux éditions Le mot et le reste.
Le Populaire du Centre 26 décembre 2017

- Interview Laurent Bourdelas

Laurent Bourdelas est invité sur le plateau du 12/13h sur France 3 Limousin pour parler de la réédition de sa biographie d’Alan Stivell.

À partir de 7’20 sur le site de France 3

Annaïck Demars
France 3 Limousin 2 janvier 2018

- Interview de Laurent Bourdelas

Laurent Bourdelas est interviewé par Véronique Henry pour Les Spécialistes afin de présenter la nouvelle édition de son Alan Stivell.

Une émission à réécouter sur le site de France Bleu Limousin

Véronique Henry
France Bleu Limousin // Les Spécialistes 19 décembre 2017

- Interview de Laurent Bourdelas - Ils sont fous ces bretons

Axel Perret interview Laurent Bourdelas à l’occasion de la sortie de sa biographie sur Alan Stivell.

Réécouter l’interview sur le site de France Bleu

Axel Perret
France Bleu Breizh 8 décembre 2017

- Alan Stivell, la biographie de Laurent Bourdelas

Laurent Bourdelas connait son Alan Stivell sur le bout des doigts. Sur la base de ses interviews, ses échanges épistolaires, son blog et l’ensemble des écrits déjà parus sur l’artiste, l’auteur nous fait revivre la folle aventure du barde breton.
Folle aventure en effet, tant la culture bretonne était tombée bien bas dans le cœur de nos meilleurs ennemis après la seconde guerre mondiale. Alain Cochevelou a redonné sa fierté à tout un peuple, créant et inventant sur la base des chants ancestraux, qu’ils soient bretons ou celtiques. Mieux, il a rendu moderne tout un pan de notre culture, la propulsant hors des marches de Bretagne, arrivant même à la rendre au goût du jour chez les républicains jacobins parisiens. Il faut dire que le mouvement folk de la fin des années 60 avait déjà propulsé le compositeur sur les scènes américaines, européennes et asiatiques. Paris ne pouvait plus l’ignorer Et puis n’oublions pas la résurgence de la harpe celtique développée par son père, George Cochevelou et qui depuis, fait vivre de nombreux ateliers en Bretagne et ailleurs.

Oui, c’est cette histoire que nous revivons à travers cette biographie où l’auteur a choisi la discographie d’Alan Stivell pour ponctuer les moments importants de sa vie. Et de disques en concerts, on croise ainsi la route de ceux qui l’on bien connu et le raconte. Des musiciens aux producteurs, de ses amis scouts aux joueurs du Bagad de son enfance, les témoins multiplient les interventions. On découvre alors un professionnel exigent, un militant (de la cause bretonne bien sûr) engagé et un artiste qui a initié la première vague culturelle bretonne dans les années 60 et domine toujours la troisième vague, celle des années 2010 avec Nolwenn Leroy. Sans jamais se renier – et sûrement grâce à cela -, il reste le phare qui guide tous les bretons de Nantes à Brest. A commencer par Laurent Bourdelas qui conclu son ouvrage en étant très fier d’avouer qu’un de ses poèmes a même été choisi par Alan Stivell sur une de ses dernières chansons.

Lire la chronique sur le site de Bretagne Actuelle

Hervé Devallan
Bretagne Actuelle 27 novembre 2017

- Fan d’Alan Stivell, il devient son biographe

Laurent Bourdelas est tombé très jeune dans le chaudron de la culture bretonne. Originaire du Limousin, il ne manque jamais de faire escale à Lorient. Il est l’auteur d’une nouvelle biographie du chanteur Alan Stivell, à paraître en novembre.

Laurent Bourdelas a aimé la culture bretonne avant même de connaître la sienne. « Je reviens presque chaque année, je ne manque jamais le Festival interceltique de Lorient. » L’écrivain n’a pas 12 ans quand il découvre la musique d’Alan Stivell.

« Briser la glace »

L’idée lui vient d’écrire une biographie sur la vie du chanteur, mais cela prend du temps. « Il a fallu briser la glace. Beaucoup de faussetés ont été écrites sur Alan Stivell. »

Une nouvelle version de la biographie lui a été commandée par la maison d’édition Le mot et le reste, à paraître en novembre prochain. Dans cet ouvrage tout rénové, l’écrivain promet davantage de photos inédites et surtout, de précieux témoignages. « Chacun raconte le Stivell qu’il connaît. »

Lire l’article sur le site de Ouest-France

Léa Duperrin
Ouest-France 25 août 2017
Réalisation : William Dodé - www.flibuste.net - Mentions légales