Parution : 16/05/2019
ISBN : 9782361390013
130 pages (14,8 x 21 cm)

Thoreau

Compagnon de route

Commencée dans les années soixante, l’œuvre multiple de Kenneth White non seulement renouvelle la lecture d’écrivains qu’il estime vraiment significatifs, dont Thoreau, mais ouvre à travers eux un espace intellectuel et culturel inédit.
On sait l’influence grandissante qu’exercent en France les textes de Thoreau, dont les éditions Le mot et le reste se sont fait une spécialité. Or, l’auteur qui a peut-être contribué le plus à cette influence souterraine depuis son installation en France à la fin des années soixante, est Kenneth White, lui-même auteur d’une œuvre considérable. Dans ce livre, il a rassemblé, retravaillé, en leur donnant un ordonnancement inédit, une dizaine de ses essais sur Thoreau les plus explorateurs. Le résultat est un volume compact, constituant non seulement l’étude la plus pénétrante qui soit sur l’auteur américain, mais qui, à travers Thoreau, ouvre un espace de vie et de pensée dont le monde contemporain a, de plus en plus manifestement, besoin.

Revue de presse

- Thoreau, transcendantaliste-descendantaliste, par Kenneth White, poète Fabien Ribery L'Intervalle 11 août 2019
- Thoreau, compagnon de route Noé Gaillard Daily Passions 30 juillet 2019

- Thoreau, transcendantaliste-descendantaliste, par Kenneth White, poète

« Ne serait-ce pas délicieux, écrit Thoreau, de rester plongé jusqu’au cou dans un marais solitaire pendant tout un jour d’été, embaumé par les fleurs du myrica et de l’airelle ? Disons douze heures de conversation familière avec la grenouille tachetée… »

Lire Kenneth White ne lave pas de tous les péchés – on en a trop -, mais élargit le champ de la pensée, envoyant dinguer la fatigue par la puissance des idées, des noms, des lieux et des strates géopoétiques associées.
Thoreau, peut-être mieux compris en France qu’aux Etats-Unis, est ainsi pour l’auteur du Plateau de l’albatros un de ces phares nous guidant dans la nuit d’un Occident ayant oublié ses confins, et sa substance asiatique.

Présentant dans Thoreau compagnon de route (Le Mot et le Reste, qui tend à devenir l’éditeur princeps du Pic de la Mirandole franco-écossais) un auteur rapproché d’Etienne de la Boétie pour leur défense fondamentale de la liberté et de la possibilité de penser par soi-même, loin des tuteurs et des tentations de la soumission volontaire, Kenneth White s’enchante : « Henry David Thoreau n’est pas « américain », il est pré-américain. A un moment où l’Amérique commençait à se ruer en avant, Thoreau remonte en arrière, jusqu’en Asie (il parle de s’ « indianiser »). Si Thoreau n’est pas « américain », il est encore plus évident qu’il n’a strictement rien en commun avec les Etats-Unis, cette entité psycho-socio-politique qui oscille entre l’utopie et le cauchemar, le milieu étant occupé par une hystérie religieuse, une idéologie nationaliste, un moralisme sentimental, un commercialisme acharné et une brutalité primaire. Nomadisant, loin de tout cela, dans la nature et plus abstraitement dans l’Ouvert, Thoreau essaie de fonder, non pas un Nouveau Monde mais un monde autre. »

Thoreau est un esprit des marges, cherchant dans le détail les points d’universel, reliant de façon incessante à la façon de Glissant le petit contexte et le vaste monde, ne séparant pas la botanique de la mystique, la jouissance des sens de la fécondité de la pensée, la solitude de la communion avec l’ordre naturel.

Recueil de six textes parus une première fois dans d’autres ouvrages, Thoreau compagnon de route décrit un écrivain, héritier de Whitman et du transcendantalisme émersonien, puisant sa force de travail et sa spiritualité dans le contact avec le sol, les végétaux, les oiseaux, les poissons, la marche à l’étoile.
Son ambition majeure : embrasser le grand dehors, disparaître dans la lumière blanche, telle une poudre d’ego emportée par le vent du large.

[…]

Lisez toute la chronique sur le blog de Fabien Ribery

Fabien Ribery
L'Intervalle 11 août 2019

- Thoreau, compagnon de route

Je vous ai, je crois, déjà parlé de Henry David Thoreau, je ne suis pas sûr d’avoir lu du Kenneth White et je pense que, s’il y a filiation entre les deux auteurs, elle se situe dans la reconnaissance de l’importance du premier par le second. Nous sommes en présence d’un livre hommage qui regroupe les textes de White sur Thoreau – cela peut expliquer certaines répétitions. Mais c’est surtout, je crois, une prodigieuse incitation à lire Thoreau. Vous n’aurez aucun mal à sentir combien White « aime » parce qu’il ne parle que de ce qui est aimable. Et il n’en fait pas une idole. Juste un précurseur intelligent qui, à la suite des autres « penseurs » de son temps, s’évertue à sortir de son monde et à jeter les bases d’un monde autre. Quand on lit les deux auteurs, il me semble que l’écho – le plus évident – qu’ils ont dans notre monde actuel se serait Indignez-vous ! de Stéphane Hessel. Thoreau, tel que White le présente, ne fustige pas, il explique et démontre l’intérêt de vivre autrement. Et il en devient bougrement subversif. Est-il pensable, admissible, aujourd’hui de dire que l’homme devrait se contenter de travailler un jour par semaine et de ne rien faire – ou ce qu’il a envie de faire – les six jours restants ? Il me semble que l’on traite moins les chômeurs de parasites et de feignants mais cette société se verrait illico considérée comme utopie dangereuse, pour ne pas dire anarchiste.

White parle aussi du Thoreau écrivain et poète. Un homme qui dit chercher la phrase incompréhensible au commun des mortels et qui expliquerait le monde. Ne riez pas en pensant à un tweet « célèbre »… un tweet n’est pas une phrase, c’est un cri. Un homme qui a du mal à percevoir une différence entre sa poésie et sa prose sur le monde… non à cause des mots mais parce qu’il perçoit les deux de la même façon.

Je sais, il nous est aujourd’hui un peu difficile de jouer les Thoreau – les banques qui prêtent veulent que cela rapporte -, de retourner à la nature, mais je pense que si vous entrez dans ce livre vous pourrez avoir envie de changer d’air… de prendre le temps de marcher.

Bonne lecture.

Lisez la chronique sur Daily Passions

Noé Gaillard
Daily Passions 30 juillet 2019
Réalisation : William Dodé - www.flibuste.net - Mentions légales