Parution : 15/03/2004
ISBN : 9782915378047
178 pages (21 x 14,8 cm)

16.00 €

Commander

L’Entraînement

L’écriture est, pour Joseph Mouton, un geste, une gymnastique, une mécanique : elle engage le désaccord de la grammaire et l’agilité de l’esprit.

Christophe Kihm – Art Press

« L’Entraînement est un ouvrage composé de cent soixante fragments dont l’écriture adopte des variations incessantes. On y croise des personnages, des rues, des morceaux de villes et de paysage, des remarques philosophiques, dans des poèmes, des fictions miniatures… Soit un ensemble de motifs, de vignettes et de moments qui se succèdent, s’accumulent, disparaissent et font retour… L’écriture est, pour Joseph Mouton, un geste, une gymnastique, une mécanique : elle engage le désaccord de la grammaire et l’agilité de l’esprit. » Art Press, n° 304 septembre 2004, Christophe Kihm.

Joseph Mouton se cache bien sous un pseudonyme, comme l’avait soupçonné Guy Debord en célébrant son intelligence dans « Cette mauvaise réputation » mais son nom de famille est authentique, c’est son prénom, Bernard, qu’il a en quelque sorte recouvert et agenouillé sur la paille d’une crèche. Ce professeur d’esthétique à la Villa Arson, d’une drôlerie féroce, ressemble plus à Trotski qu’à Staline, l’imagerie de la révolution d’octobre ayant aussi bien pu l’inspirer que celle du christianisme tant il affectionne l’ambivalence des modèles. J’aime sa façon de manier des concepts puissants avec le contrepoint de notations familières, ou plutôt de donner à voir leurs superbes manoeuvres dans le contraste de données toute triviales, en jubilant comme s’il n’était qu’un modeste marionnettiste à qui une fée offrirait sans cesse d’innombrables Pinocchio, tous plus vivants les uns que les autres. Sitaudis

Revue de presse

- L’Entraînement Christophe Kihm Art press n°304 Septembre 2004

- L’Entraînement
« Voici un livre dont la singularité s’apprécie autant par son contenu que par la structure qu’il adopte et le travail qu’il engage sur la langue. L’Entraînement est un ouvrage composé de cent soixante fragments dont l’écriture adopte des variations incessantes. On y croise des personnages, des rues, des morceaux de villes et de paysage, des remarques philosophiques, dans des poèmes, des fictions miniatures, des esquisses de théories… soit un ensemble de motifs, de vignettes et de moments qui se succèdent, s’accumulent, disparaissent et font retour… Ces faits divers, vies brèves et instants fugitifs, convoquent un art de la vitesse, du ralentissement et de la collision, qui opère par le modelage de la phrase. Il faut ciseler la syntaxe pour retrouver un souffle, respirer, abandonner la ponctuation pour aussitôt se reprendre…
L’écriture est, pour Joseph Mouton, un geste, une gymnastique, une mécanique : elle engage le désaccord de la grammaire et l’agilité de l’esprit.
C’est pourquoi, si l’exercice poétique est musical, il faut également le concevoir comme une remise en forme physique et mentale : éviter les répétitions, les rengaines, c’est assurer de ne pas tourner en rond. Le travail de déchiffrage du monde, entrepris ici dans un rapport ténu de l’écriture à la description (l’écriture est lecture, en ce sens), ouvre donc largement le terrain à l’exercice de la perception. Dans cette obsession à trouver de justes distances, des accords, L’Entraînement laisse aussi poindre une mélancolie certaine. Car on s’applique à la lecture du monde alentour pour résister au temps ou tout du moins pour ne pas se laisser emporter par lui. En cela, cette « mise en forme » quotidienne, discipline enthousiaste dont la pratique consiste à multiplier des pièges linguistiques pour capturer du temps, est une fabrique d’éphémère et de solitude qui flirte avec une certaine désespérance. »
Christophe Kihm
Art press n°304 Septembre 2004
Réalisation : William Dodé - www.flibuste.net - Mentions légales