Parution : 06/06/2006
ISBN : 2915378282
232 pages (21 x 14,8 cm)

18.00 €

Commander

Comment j’ai gagné le Canada

« La route de Montréal à Toronto, béton implacable, est inhumaine à l’auto-stoppeur. Il y passe peut-être en moyenne une voiture chaque dix secondes ; et, plus il en passe, moins il y a de chances qu’elles s’arrêtent.
Selon la vieille tactique européenne, je m’étais efforcé de sortir de la ville. Après deux ou trois fausses pistes, je parviens à lâcher le dernier tramway lépreux et goutteux, pour courageusement grimper la rampe qui domine le fleuve au-dessus de Verdun. J’arrête à un point que je crois stratégique, pose mon sac, m’assieds sur ma valise. Au bout de cinq minutes, j’avais mal au bras à force de faire signe. […]
Une Plymouth’39 s’était arrêtée, je ne l’avais pas vue. Il y avait trois heures que j’attendais. Il allait à Valois. C’était bien sur la grande route, le plus loin possible, j’espérais. C’était un bon vieux scotch d’une soixantaine d’années, invalide de guerre.
— O your’from France ! Betioune, Sainte Quentinnnss, Amiensss. Mamoiselle from Armentières. Ah ! Ah ! How do you like Canada ? »
Préface de Raymond Federman
Dans cet ouvrage au style trépidant, l’auteur nous invite à la traversée du Canada de la fin des années cinquante. Ici, fiction et réalité se mélangent dans des aventures de petits boulots, de rencontres et de grands espaces, de Montréal à Vancouver, avec 29 cents dans sa poche. Il y a aussi la route, l’auto-stop, l’histoire de la ruée vers l’or, les trains de nuit et les filles d’un soir ou d’une vie. C’est aussi l’histoire d’une langue : « mon métier, c’est la langue française », dit le narrateur. Conteur insatiable, ses propos « vocalisent avec tous les accents possibles et imaginables », dans un show époustouflant.

Revue de presse

Ejournals.library.vanderbilt.edu

Comment j’ai gagné le Canada est l’œuvre d’un homme qui écrit en marchant et qui parle dans son écriture à tous les temps et de tous les espaces qu’il rencontre. Il soliloque, il crie, il chante, il râle, il pense, il recite, il se tait même. Ce qu’il cherche à gagner bien plus que le Canada, c’est sa propre liberté.
Ejournals.library.vanderbilt.edu
Réalisation : William Dodé - www.flibuste.net - Mentions légales