Parution : 15/09/2023
ISBN : 9782384312498
256 pages (14,8 x 21,0 cm)

21.00 €

Belle de Mai

Dans ce premier roman noir au ton drôlement cynique et à la tchatche locale, Marseille déploie ses charmes et dévoile ses contradictions.

“Lire Belle de mai est une chance. Pour les amoureux du genre, l’enquête policière est efficace, l’enquêteur est attachant et les dialogues savoureux. Mais l’expérience ne se réduit pas à l’enquête. Lire Belle de mai, c’est découvrir le quartier le plus pauvre de France en plein coeur de la seconde ville de France. C’est analyser comment certaines politiques de ville amènent à la pauvreté la plus totale et incontrôlable. C’est un cri d’alarme contre les politiques de centre ville qui visent à cacher nos pauvres plutôt que les accompagner. C’est un grand roman noir.”

Thomas, Librairie du Pincerais (Poissy)

“Avec Belle de mai, Pascal Escobar nous plonge dans les méandres des trafics marseillais. On y suit Stanislas Carrera, ancien éducateur reconverti en détective privé, qui est engagé par une jeune femme d’origine comorienne pour l’aider à retrouver son plus jeune frère.

Et voilà le lecteur embarqué pour une pérégrination dans différents quartiers de Marseille, des cités confinées à la Côte Bleue. Pascal Escobar interroge avec finesse l’évolution de cette ville aux multiples facettes, le sort réservé aux sans-papiers, la violence d’une jeunesse désabusée dans des quartiers laissés à l’abandon. C’est noir, prenant et efficace, mais c’est surtout l’histoire d’une ville racontée par l’un de ses habitants.”

Julie, Librairie Goulard (Aix-en-Provence)

Ancien éducateur rattaché au juge des enfants à Marseille, Stanislas Carrera s’est reconverti en enquêteur privé. Mandaté par une famille d’origine comorienne, il se lance à la recherche du jeune Fuad, dix-sept ans, dont le frère aîné est au même moment accusé du meurtre d’une jeune femme. Des intérieurs confinés et angoissants de la cité Félix Pyat aux rues abandonnées de l’ancien quartier ouvrier, la Belle de Mai, les besoins de l’enquête vont l’amener à croiser gros et petits truands, éducateurs, immigrés clandestins, flics, prédateurs, militants politiques, et une jeunesse qui tente de s’extirper de sa condition dans le quartier le plus pauvre de France.

Revue de presse

_ Belle de Mai, Pascal Escobar (Le mot et le reste) Yann Aires Libres 24 novembre 2023
_ Les têtes chercheuses de l'édition marseillaise Marine Durand La Provence 19 septembre 2023
_ Les (nouveaux) mystères de Marseille Laurent Greusard k-libre 19 septembre 2023

_ Belle de Mai, Pascal Escobar (Le mot et le reste)

“Belle de Mai est symptomatique de ce que ressentent la plupart des marseillais vis-à-vis de leur ville et Pascal Escobar a su tirer profit de cette relation qui rappelle parfois le rapport qu’entretiennent les cubains avec leur île dans les romans de Leonardo Padura. Chargé d’histoire sans être pesant, nostalgique sans être poussiéreux, éminemment contemporain dans ce qu’il raconte, le roman de Pascal Escobar est une réussite à laquelle ne manquent ni la tchatche ni les saveurs propres à la cité phocéenne.”

Chronique et interview à lire ici

Yann
Aires Libres 24 novembre 2023

_ Les têtes chercheuses de l'édition marseillaise

“Du rock au roman noir
Il partage son patronyme avec un célèbre baron de la drogue mais la comparaison s’arrêtera là. Pascal Escobar, travailleur social et membre actif de la scène rock marseillaise, auteur notamment d’une Histoire du rock à Marseille (Le mot et le reste, 2019) se lance dans la fiction avec le roman noir Belle de mai (Le mot et le reste, septembre 2023). Le natif de Saint-Henri y fait montre de fines capacités d’observation et d’une connaissance rare des différents mondes qui composent sa ville.”

Marine Durand
La Provence 19 septembre 2023

_ Les (nouveaux) mystères de Marseille

“Quelques scènes fortes (dont un final où le héros est agenouillé devant un homme qui le tient en joue) ponctuent une intrigue fine et sensible, révélant une ville complexe, peuplé d’hommes et de femmes aussi complexes. Même si elle est fortement ancrée dans une cité précise, décrite avec soin, et qui sera appréciée par ceux qui la connaissent, l’intrigue joue aussi avec des éléments plus éternels et traversant les frontières : l’empathie, la violence, les relations amicales et la solidarité, l’égoïsme, la dureté, pour continuer cette exploration de la Tragédie humaine (parfois peuplée de comédie) qu’est notre pauvre humanité. Annoncé comme le premier volet d’une trilogie, Belle de mai est un roman qui nous laisse sur notre faim et dont on attend avec impatience la suite.”

Chronique à lire ici

Laurent Greusard
k-libre 19 septembre 2023
Réalisation : William Dodé - www.flibuste.net - Mentions légales